Définitions en informatique et télécom

  

Rechercher :
        A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z   -    0  1  2  3  4  5  6  7  8  9

Besoin d'informations complémentaires, contactez nous !




A------A------MERCI POUR VOTRE AIDE :




A-GPS :

(Assisted Global Positioning System).
Basé sur le Gps, ce système permet au récepteur de calculer sa position plus rapidement. (Cf Iphone, Smartphone, Bluetooth, Nfc, Gsm, bibande, bimode, Plmn, Apn, Soc, Modem).


A-PON :

(Asynchronous Transfer Mode Passive Optical Network).
Réseau optique passif à mode de transfert asynchrone. (Cf Fibre Optique, Atm, B-Pon, E-Pon, G-Pon).


AAA :

(Authorization Authentification Accounting).
Protocole réalisant trois fonctions : l'authentification, l'autorisation, et la traçabilité. Ce modèle de sécurité est implémenté dans certains routeurs. Il est aussi implémenté comme serveur d'authentification délivrant des autorisations d'accès et diverses informations sur les comptes clients. (Cf Nap, Nps, Hcap, Nla).


AAL1 :

(ATM adaptation layer type 1).
Les couches adaptives ATM sont chargées de segmenter et de réassembler les cellules provenant des applications. La couche AAL1 intégrée à l'environnement ATM, est adaptée aux applications vidéo et audio à débit constant, comme le transport de la voix. (Cf Ces, G.703, G.704, Aal2, Sonet, Frame Relay, ADSL, Hec, Fec, Rsvp).


AAL2 :

La couche AAL2 intégrée à l'environnement ATM, est adaptée aux applications vidéo et audio à débit variable. (Cf Ces, G.703, G.704, Aal1, Sonet, Frame Relay, ADSL, Hec, Fec, Rsvp).


ABE :

(Access Based Enumeration).
Depuis Windows 2008, fonctionnalité permettant de ne pas afficher un dossier si un utilisateur ne possède pas les droits d’accès à ce dossier. Une fois activée, elle ne laisse apparaître que les répertoires dont l'utilisateur possède au moins le droit de lecture. (Cf partage, Profil Itinérant, Profil errant, Rup, Dossier partagé).


ABONNEMENT :

Droit d'utiliser un réseau (et/ou un service) de façon contractuelle ( gratuitement ou en contrepartie d'un montant fixe et périodique). (Cf Rtc, Adsl, Forfait, dégroupage).


ABOUTEMENT :

Consiste à mettre en relation des communications vocales de bout en bout (en utilisant les techniques de renvoi, transfert). Lors d'un transfert d'appel, l'aboutement peut s'effectuer au niveau de l'équipement privé : PABX, IPBX ou SVI ou bien au sein du réseau intelligent de l'opérateur. Une conférence téléphonique consiste à abouter plus de 2 lignes entre elles. (Standard, Renvoi, Transfert, Pré-décroché, Acd).


ABS :

(Acrylonitrile Butadiène Styrène).
Ce polymère thermoplastique présente une bonne tenue aux chocs, relativement rigide, léger et pouvant être moulé et de ce fait à usage des imprimantes 3D. Ce plastique très commun est très résistant et tout à fait adapté pour l'impression de pièces mécaniques. Il est possible de le limer, de le poncer ou encore d'améliorer son aspect visuel en y appliquant quelques gouttes d'acétone. Il peut aussi être percé ou peint. (Cf Pla, 3D, Stl, Pva, Nylon, Polycarbonate, Hips, Sls, Sla).


ABSORPTION :

Une des composantes de l'atténuation linéique d'une fibre optique. Ce phénomène de diminution de l'intensité lumineuse dans le cœur de la fibre, en fonction de la longueur d'onde utilisée est dû à la présence d'impuretés ou d'ions OH- (humidité). (Cf Das).


ACCèS SéQUENTIEL :

(Serial Access).
Mode d'écriture ou de lecture des données informatiques, selon un ordre défini de rangement.


ACCESS POINT :

(AP ou point d'accès).
Equipement émetteur / récepteur radio (Wifi, Wimax...) donnant un accès au réseau filaire auquel il est raccordé, aux différentes stations d'une structure, avoisinantes équipées de cartes wifi. On parle alors de mode infrastructure. L'utilisateur se connecte dans la zone de couverture (ou réception) d'un AP faisant office de lien entre le réseau câblé et la station cliente .
Un point d’accès "lourd" est un point d’accès autonome, configuré individuellement et utilisé dans les installations ne nécessitant pas un roaming performant.
Un point d’accès "léger" est utilisé dans les installations de plus grande envergure, où lorsque la mobilité doit être assurée. Ainsi, un système constitué de points d’accès légers sera géré de manière centralisée par un contrôleur, simplifiant ainsi l’administration et améliorant le roaming.
(Cf Wifi, Wpa, Wlan, Infrastructure, Bssid, Essid, Handover, Wimax, Fibre optique, Dtim, Pont wifi, point d'accès, Nomadisme, Wds, Mimo, Répéteur, Pont wifi, Csma).


ACD :

(Automatic Call Distribution).
Matériel ou logiciel ayant pour fonction de distribuer les appels entrants vers les téléconseillers du centre d'appels. Adapté à cette activité de centralisation d'appels, supportant des pointes de trafic, et intégrant des fonctions de gestion organisationnelle, il présente également des fonctions de supervision. (Cf Pbx, Pabx, Toip, Autocom, Zlt).


ACHEMINEMENT :

Dans le réseau France Télécom, les CTP et les CTS sont réunis par des faisceaux de circuits en un réseau très maillé, plusieurs itinéraires sont donc possibles. Pour un numéro donné, le faisceau est choisi de telle manière qu’il conduise l’appel vers le commutateur le plus proche de l’abonné appelé en empruntant les faisceaux de plus faible hiérarchie. (Cf Pabx, Pbx,Ipbx, Télécommunications, Email, Bal, Dti).


ACK :

Confirmation transportée dans l'en-tête TCP lors de la transmission de données entre 2 équipements informatiques.


ACL :

(Access Control List).
Liste de contrôle d’accès permettant de définir des règles de contrôle d'accès pour un fichier ou un répertoire dans un dossier partagé. Si ACL est activé, seuls les utilisateurs disposant des privilèges accordés (ACL + dossier partagé) pourront accéder à la ressource. Plus généralement, fonctionne comme un filtre pour la gestion des droits d'accès donc d’utilisation d’un objet, d'une liste d'adresses ou de ports...(Cf Api, Ca, CRL, Des, Dsa, Dss, Esp, Ike, Pap, Pin, Pki, Radius, Rfc, Rpc, Rsa, Ssl, Sso, Vpn).


ACM :

(Attenuation Crosstalk Ratio).
Rapport du signal sur le bruit propre au câble. (Cf Cad, Vdi, Capillaire).


ACPI :

(Advanced Configuration and Power Interface).
Norme utilisée pour la gestion de l'énergie, permettant de s'interfacer avec la carte mère. Les OS peuvent ainsi intégralement gérer la gestion d'alimentation du matériel. (Cf Apm, Api).


ACT :

(Application Compatibility Toolkit).
Kit de compatibilité applicative fourni en téléchargement par Microsoft. Permet de détecter les applications nécessitant des privilèges d'administration, afin de rendre compatible avec Windows7, un certain nombre de fonctionnalités de certaines applications.


ACTIVE DESKTOP :

Fonctionnalité Microsoft transformant le fond d'écran du bureau Windows en l'équivalent d'une page Web avec des hyperliens.



ACTIVE DIRECTORY :

(AD).
Base de données centralisant un ensemble de ressources partageant les mêmes règles et stratégies de sécurité. Le service d'annuaire Microsoft utilise cette base pour l'enregistrement hiérarchique des informations à l'aide d'entités tels que les domaines, les arborescences, les forêts, les relations d'approbation, les unités d'organisation et les sites. Très étroitement lié à DNS (et ses espaces de nom, les conventions de nommage des PC et ressources réseau s'appuient sur ce modèle de structure : depuis windows 2000, chaque domaine Windows s'appuie sur ce schéma d'une arborescence DNS. Le domaine Active Directory correspond donc à une zone DNS gérée par le contrôleur de domaine et chaque objet enregistré dans le fichier de la zone dns du domaine possède un nom FQDN.(Cf Exchange, Messagerie, Sécurité, Ldap, Dhcp, Sam, Groupe de Travail, OU, Mospa, Ad Lds, Gpo, Adfs, Ad Fs, Sso, DirSync, adds, Sharepoint, Dnssec, Dit, Gpp, Moc, Délégation, Site, unité Organisationnelle, Adminpack.msi, Rsat, Tse, Groupe universel, Groupe global, Groupe Local, Agdlp, Lsdou).


ACTIVESYNC :

Logiciel de synchronisation reposant sur un protocole propriétaire ActiveSync Exchange développé par Microsoft et disponible pour les sociétés tierces sous forme de licence. Il permet à un périphérique portable d'être synchronisé avec un PC de bureau, ou un serveur. Les clients à synchroniser sont des assistants personnels, des Smartphones utilisant Windows Mobile ou Windows CE, ou tous les périphériques compatibles avec ActiveSync (i.e les plateformes Symbian, Android et iPhone). Ce logiciel permet aussi le transfert de fichiers, des fonctions de sauvegarde, et l'installation d'applications pour le périphérique portable. Depuis Vista, ActiveSync a été remplacé par le gestionnaire de périphériques mobiles. (Cf Exchange).


ACTIVEX :

Technologie Microsoft permettant l'ajout de contrôles interactifs dans les pages Web. La technologie ActiveX, propre au navigateur Internet Explorer, est utilisée par les développeurs pour créer des extensions (barre d’outils, lecteurs multimédia, etc...) et des pages plus interactives. La GoogleBar, le lecteur Flash, le lecteur Shockwave sont des exemples classiques d’ActiveX sous IE. (Cf Active X).


AD LDS :

(Active Directory Lighweight Directory Services).
Rôle Windows Server® 2008, anciennement Active Directory en mode application (ADAM), permet de procurer des services d’annuaire aux applications d’annuaire sans être soumis à la surcharge de gestion qu’imposent les domaines et les forêts, ni l’obligation de disposer d’un schéma unique dans l’ensemble d’une forêt. (Cf Active Directory).


AD-HOC :

Réseau radio n'utilisant ni coeur de réseau, ni relai. Chaque noeud du réseau (ex une borne wifi) est à la fois routeur et terminal. Le routage se fait au moyen d'un protocole d'auto-discovery du réseau. Fonctionne sur le principe du point à point. (Cf Wpad, Infrastructure, Roaming, Handover, Nomadisme, Wds).


ADDS :

(Service de Domaine Active Directory ou « AD DS »).
Ce rôle de l'AD permet de gérer les comptes utilisateurs et les ressources, la prise en charge des applications utilisant les annuaires (i.e Ms Exchange Server). Ce rôle sert aussi à organiser de façon hiérarchique les éléments d’un réseau (utilisateurs, ordinateurs...). L’AD DS est sécurisé grâce à l’authentification d’ouverture de session et le contrôle d’accès aux ressources de l’annuaire. Avec l’ouverture de session réseau unique, les administrateurs peuvent gérer les données de leur réseau. Les utilisateurs autorisés peuvent également utiliser une ouverture de session réseau unique pour accéder aux ressources sur leur réseau.(Cd Adfs).


ADFS :

(Active Directory Federation Services).
Un des cinq rôles d'Active Directory mis en place avec Windows Server 2008. Il sert à unifier des applications se trouvant sur internet afin de simplifier leur utilisation et cela, même si ces applications ne se trouvent pas sur le même réseau, le tout sans se soucier de la plateforme (Windows ou autre).
ADFS propose différents services qui, une fois configurés, autorisent le SSO. Ces services sont les suivants :
. Le service de fédération, utilisé pour centraliser les demandes d'authentification provenant d'utilisateurs sur d'autres réseaux.
. Le proxy du service de fédération dont le but est de collecter les informations d'identification via un navigateur web, puis d'envoyer ces informations au service de fédération.
. Le service d’agent Web, installé sur un serveur web et servant à créer et gérer des jetons de sécurité, utilisés pour donner des autorisations d'accès à une application se trouvant sur le serveur.
Avec Office 365, il est possible d'utiliser ADFS version 2.0 uniquement pour bénéficier du Single Sign On (Sso). L'utilisateur final se connecte alors en utilisant les identifiants de son organisation. (Cf AD, Active Directory, Ad fs, DirSync, adds, Sharepoint, Fsmo, Fsrm, Branchcache, Nla).


ADM :

Dans un domaine Microsoft, une stratégie de groupe utilise un fichier d'administration avec les extensions .Adm ou Admx. Ceux-ci décrivent les clés de registre modifiées par l'application des stratégie de groupe. (Cf Gpmc, Gpo, Guid).


ADMINPACK.MSI :

Outil logiciel Microsoft sous forme de console d'administration installable sur un OS client afin de permettre à un utilisateur "délégué non administrateur du domaine" de se connecter à un serveur DC (impossible par défaut par la stratégie locale du serveur, Rsat).


ADMX :

(ADMinistrative XML).
Sous Windows, cette extension de fichier correspond à la nouvelle version des fichiers adm. Ce format de fichier de type XML permet le déploiement centralisé de modèle d'administration dans les GPO Windows.


ADPCM :

(Adaptative Differential Pulse Code Modulation).
Evolution du MIC. (Cf Pcm).


ADRESSAGE MéMOIRE :

Taille maximum de la Ram (mémoire physique installée) pouvant être adressée d'un seul bloc et correspondant à la capacité d'adressage maximum. Chaque "mot" adresse un octet de mémoire (ou plusieurs selon l'architecture). Exemple, sur une machine 32 bits, on peut ainsi utiliser 2 puiss32 mots soit 4Go, sur une machine 64 bits, 2 puiss64 mots). La limite maximum de la mémoire adressable dans un PC est donc dictée par le composant le plus restrictif (bus d'adresse du microprocesseur, chipset sur la carte mère, nombre de support de barrettes mémoire sur la carte mère et capacité de ces barrettes, capacité d'adressage du système d'exploitation. (Cf SDRAM,DDR, DDR2, DDR3, Ssd, Async SRAM, mémoire cache, VRAM, SGRAM, Zlr, Ssd, Pagination, ReadyBoost, Adressage mémoire, flash, Pagefile.sys, Sodimm, Antémémoire, Dram, mémoire flash).


ADRESSE IP :

Adresse associée à une machine utilisant le protocole IP, associée de manière dynamique (DHCP) ou fixe. En IPv4, elle comporte 4 octets, en IPv6, 6. (Cf IPv4, Paquet, IPv6, Slaac).


ADRESSE MAC :

(Media Access Control Address).
Identifiant physique de 6 octets stocké dans une carte réseau (les 48 bits étant répartis comme ceci : les 24 premiers identifiant le constructeur, les 24 suivants identifiant la carte physique)), utilisé pour attribuer une adresse unique au niveau de la couche 2 du modèle OSI. La sous-couche MAC, qui constitue la partie inférieure de celle-ci, insère et traite ces adresses au sein des trames transmises. Elle est aussi appelée adresse Ethernet ou UAA (Universally Administered Address. (Cf Oui).


ADRESSE MAIL :

Adresse électronique de destination d'un courrier électronique composée d'une partie gauche (représentant le nom de l'utilisateur) séparé d'un arobase (@) par une adresse internet (celle de la machine serveur gérant la boite aux lettres du destinataire). (Cf Bal, Mail, E-mail, email).


ADS :

(Alternate Data Streams).
Notion de flux rattaché à un fichier selon Microsoft. Plusieurs flux peuvent être associés à un fichier. L'application internet Explorer, pour l'exemple, crée un ADS et l'attache à tout fichier téléchargé. L'OS s'en sert ensuite pour déterminer la provenance du fichier et prévenir si un exécutable vient d'Internet.


ADSENSE :

Système publicitaire développé par Google et destiné aux éditeurs de site Internet. Il suffit de s'y inscrire et d'insérer un code fourni par Google sur vos pages web. Un robot spécialisé parcours alors vos pages et affiche des publicités adéquates. MFA (Made For Adsence) signifie qu'un site est conçu presqu'exclusivement pour afficher de telles annonces. (Cf Adwords).


ADSL :

(Asymmetric Digital Subscriber Line).
Technologie faisant partie de la famille des technologies xDSL, basées sur le transport d'informations numériques sur les lignes en cuivre traditionnelles.
L'ADSL est donc une technique de communication permettant d'utiliser une ligne téléphonique pour transmettre et recevoir des données numériques (données, images, vidéo, son) de manière indépendante du service téléphonique analogique sur la boucle locale. Le débit (max 20 Mbps descendants vers l’utilisateur final) est plus important (facteur de l'ordre de 5 à 20) dans ce sens de transmission que dans celui vers le FAI.
En SDSL, le débit est symétrique (même vitesse de transmission dans les 2 sens). (Cf FAI, RTC, BAS, Téléphonie, Sdsl, Bas débit, Abonnement, Nra, Ftth, Nro, Pon, Pots, dégroupage, Adsl nu, éligibilité, Zone Blanche, Ofdm, Xdsl, Vdsl, Câblo-opérateur, Fttx).


ADSL 2+ :

Evolution de la technique ADSL, exploitant plus de fréquences porteuses pour les données, offrant ainsi une augmentation du débit maximal possible. La norme ADSL 2+ permet, dans des conditions optimales (si l'abonné se situe à moins de 3 000 m du central), d'atteindre des débits ATM théoriques de 25 Mbit/s (limité à 12 Mbit/s en ADSL 2) en réception et 1 Mbit/s en émission dans son utilisation la plus courante. (Cf SDSL, dégroupage, Zone Blanche).


ADSL NU :

Mode d'utilisation de l'ADSL dans lequel la bande téléphonique (basses fréquences (300 à 3400 Hz) pour le RTC) n'est pas sollicitée. Permet ainsi à des usagers non éligibles au dégroupage, d'utiliser les services téléphoniques (VOIP) de leur FAI et de pouvoir résilier leur abonnement auprès de leur opérateur traditionnel. (Cf Adsl, Vdsl, Xdsl).


ADSS :

(All Dielectric Self-Supporting).
Câble aérien à fibres optiques autoporteur entièrement diélectrique. (Cf Fibre Optique, Adz).


ADWORDS :

Par opposition à Google Adsense qui permet de vendre du trafic, Adwords permet d'acheter du trafic. Ces deux programmes vont donc main dans la main et la valeur unitaire d'un clic sur une annonce est déterminé sur la base de l'offre de trafic (Adsense) et de la demande de trafic (Adwords). (Cf Androïd, Google Buzz).


ADZ :

(Attenuation Death Zone).
Une des caractéristiques fonctionnelles d'un réflectomètre. Zone morte d'atténuation ou d'affaiblissement. (Cf Fibre Optique, Edz).


AERO :

(Authentic, Energetic, Reflective and Open).
Interface logicielle Microsoft imposant des caractéristiques à la carte graphique afin de pouvoir être activée (128 Mo Ram, DirectX V9 et des pilotes de périphériques WDDM v1 minimum). Thème graphique de Windows 7 permettant l’affichage d’effets visuels et de la transparence des fenêtres. (Cf Dwm.exe).


AES :

(Advanced Encryption Standard).
Algorithme de chiffrement symétrique (année 2000) choisi comme standard de chiffrement pour les organisations du gouvernement des États-Unis. (Cf Codage, DES, 3-DES, Tkip, Psk, Wpa, IPsec, Ssl, Readyboost).


AFAI :

Association Française de l'Audit et du conseil Informatique.


AFDX :

(Avionics Full Duplex Switched Ethernet).
Protocole Ethernet commuté pour les applications en avionique.


AFFAIBLISSEMENT DE RéFLEXION :

(Return Loss).
Partie de l'énergie lumineuse réfléchie vers la source lors du passage d'un dioptre. Selon la nature de l'émetteur, on peut assister à une dégradation du signal émis. (Cf Interférence, Coaxial, Affaiblissement de réflexion, Fibre optique, Atténuation, Absorption).


AFFAIBLISSEMENT LINéIQUE :

Affaiblissement électrique par unité de longueur du câble considéré. S'exprime en dB/km. Le passage d'un courant dans un conducteur provoque automatiquement des pertes par effet Joule en raison du phénomène de résistance au passage de ce courant. (Cf Atténuation, Absorption).


AFFAIBLISSEMENT PARADIAPHONIQUE :

Mesure du niveau de perturbation entre deux paires d’un même câble, l’émetteur et le récepteur étant connectés à une même extrémité. (Cf Atténuation, Affaiblissement de réflexion).


AFNIC :

(Association Française pour le Nommage Internet en Coopération).
Association à but non lucratif ayant pour objet de gérer des noms de domaine pour la France et la Réunion (extensions en .fr et .re), aussi appelée Registry. (Cf Registrar, Internic, Iana, Apnic, Arin, Lacnic, Tld, Arpa, Espace de nom, Darpa, Dod).


AFNOR :

(Association Française de NORmalisation).
Branche française du CEN (Comité européen de normalisation), représentant la France à l'ISO, elle possède le monopole de la normalisation en France. (Cf IEEE, IETF).


AFP :

(Apple Filing Share ou AppleShare).
Protocole de partage de fichier utilisé sur Macintosh (à travers le port TCP 548). De niveau 6 du modèle OSI, Afp offre un échange de fichiers pour les ordinateurs équipés des systèmes d'exploitation Apple Mac OS X ou Classic, tout comme les protocoles SMB, NFS ou WebDAV. Il supporte actuellement l'encodage Unicode pour les noms de fichiers, les permissions POSIX et les listes de contrôles d'accès, les quotas utilisateurs d'UNIX. Mac OS X permet de base d'utiliser ses concurrents SMB et FTP. (Cf Nfs, Dfs, Rpc).


AFRINIC :

(African Network Information Centre) - Région Afrique http://www.afrinic.net. (Cf Iana, Afnic, Apnic, Arin, Lacnic, Ripe, Tld, Rir, Isp).


AGENT :

En développement, entité logicielle effectuant une tâche au nom d'une autre entité logicielle.


AGENT DE MESSAGERIE :

Service fonctionnant selon deux processus distincts :
. permet l'envoi de messages,
. place ceux qu'il recoit, dans la boite aux lettres du client (Bal). (Cf Mta, Mua, Exchange, Mbox).


AGL :

(Atelier de génie Logiciel ou Computer-Aided Software Engineering (Case)).
Suite logicielle offrant un environnement complet de développement de logiciels en équipe. Les ateliers de Génie logiciel sont apparus dans les années 80 pour faciliter le travail de développement de logiciels en équipe. Les outils proposent de gérer un environnement de gestion et d'automatisation de la production de logiciels (le cycle de vie du projet : cahier des charges, réalisation d'organigrammes fonctionnels, planification des tâches de développement, préparation de la documentation, programmation des différents modules du logiciel, contrôle et validité du projet). (Cf Software, CRM, ERP, Queue, Framework, J2ee, Uml).


AGP :

(Accelerated Graphic Port).
Connecteur utilisé pour les cartes graphiques. Le débit maximal disponible est de 2 Go/s. (Cf Pci, Pcie, Usb, Normes Bus).


AGRéGAT DE BANDES :

(Equivalent Raid 0, Agrégation).
La technique d'agrégation consiste en une juxtaposition logique de plusieurs disques physiques. En mode Raid 0, les données sont écrites par "bandes" (ou stripes (striping). Si l'un des disques de la grappe est plus grand que les autres, le système de remplissage se trouvera bloqué dès lors que le plus petit en taille physique sera rempli. La taille finale sera donc égale au double de la capacité du plus petit des 2 disques.
Nous parlerons d'agrégat de bandes réparties pour le RAID 5. (Cf Volume agrégé par bande, Entrelacement).


AH :

(Authentication Header).
Protocole intégré à IPSec, assurant l'intégrité des données transférées (RFC 4302). (Cf ESP, IKE,VPN, SSL, Nat traversal, Ipsec, openvpn, Openssl).


AHCI :

(Advanced Host Controller Interface).
Mécanisme matériel (intégré à la carte mère) autorisant la couche logicielle à communiquer avec des périphériques SATA, ce afin d'offrir des vitesses de transfert supérieures et des performances de charges aléatoires (en laissant le disque SATA optimiser l'ordre des commandes reçues), au total des fonctions supérieures à celles prévues par les équipements ATA (i.e branchement à chaud). (Cf Sata, Ata, Ide).


AIFF :

(Apple Audio Interchange File Format).
Format de fichier audio utilisé dans le monde Macintosh et Unix (.au développé par Sun).


AIM :

(Instant Messenger).
Client de messagerie instantanée développé par AOL, permettant d'effectuer des discussions audio, vidéo (Webcam) ou texte (SMS) avec ses amis. (Cf Jabber, Oscar).


AIMS :

(Ascotel Information Management System).
Suite logicielle pour l'établissement de projet, la configuration et l'exploitation de systèmes Ascotel® : outil commercial pour la planification du système (PM), outil de configuration (CM), outil d'administration (AM), outil de télémaintenance (CM), outil pour la mise à niveau (UM), documentation (IM). (cf INTELLIGATE A150 300 400, AASTRA, PABX, IPBX, One Number).


AIN AASTRA :

(Aastra IntelliGate Network).
Réseau d’interconnexion propiétaire entre autocoms AASTRA pour gérer la VOIP. L’intégration de systèmes de fabricants tiers est réalisée via une interface Q.SIG. (Cf One Number)


AIO :

(All In One).
Pc tout en un.


AIX :

(Advanced Interactive eXecutive ou système d'exécution interactive avancé).
Version du système d'exploitation Unix développée par IBM et publiée en 1986. IBM lui dédie sa gamme de machines conçues autour du processeur PowerPC. Sortie en 2001, la version 5L d'AIX est compatible avec Linux.


ALéATOIRE :

En informatique et lorsque l'on parle de mémoire, ce mot correspond à l’idée d’un accès direct à une case mémoire (lecture d'adresse physique sous forme d’adresse logique colonne + ligne).


ALGORITHME :

Séquence d'opérations ou suite d'instructions non ambigües ayant une fin explicite, et correspondant à la résolution du problème posé. C'est sur cette approche logique que s'est fondée la programmation informatique. Si un algorithme peut être rédigé dans n'importe quel langage, langue naturelle ou langage de programmation comme le C++, la notion est employée pour désigner l'enchaînement logique de tâches précises à prévoir, indépendamment de sa mise en oeuvre spécifique dans le langage de programmation choisi. (Cf Programme, Variable, Paramètre, Fonction, Procédure, developpeur, Java, C++, Smalltalk, Simula, itératif, Récursif, indentation, Clr, Eiffel, Directive).


ALLSPFROUTERS :

Groupe de multidiffusion dans le protocole de routage OSPF. L'adresse des ALLSPFrouters est 224.0.0.5. (Cf Diffusion, Multicast, As, état de liens, Bgp).


ALM :

(Additive Layer Manufacturing ou fabrication par ajout de couche).
Technologie d'impression 3D "grand public" ou fabrication additive (superposition successive de couches de matière) selon un plan numérique en 3D, elle se distingue des méthodes de fabrication soustractives. (Cf impression 3D, Stl, Abs, Pva, Sls, Fdm, Sla).


ALOHA :

(Bienvenue à tous en Hawaiien).
Premier réseau de transmission de données faisant appel à un média unique, il a été développé par l'université d'Hawaii. Mis en service en 1970 pour permettre les transmissions de données par radio entre les îles, ses concepts ont été repris par l'Ethernet. (Cf Csma, Diffusion, Broadcast).


ALPHANUMéRIQUE :

Capacité d'un clavier à traiter des chiffres et des lettres : alpha représentant les lettres, numérique les nombres.



AMD :

(Advanced Micro Devices).
Fondée en 1969 en Californie et spécialisée dans l'optimisation et la production de circuits en "seconde source", la société AMD a fini par casser en 1991 le monopole d'Intel sur les microprocesseurs équipant les ordinateurs de type PC en sortant son microprocesseur AM386, AM486, AMD-K5, AMD-K6, Athlon...




AMS :

(Aastra Management Suite).
Application de configuration et de gestion de parc de la solution de communication d'entreprise 400 d'Aastra. Elle couvre les serveurs de communication suivants (Aastra 415, Aastra 430, Aastra 470). (Cf Autocom, Ipbx, Pabx).


ANALOGIQUE :

Un signal est analogique lorsque son information est représentée par la variation d'une grandeur physique telle une tension électrique. L'électronique analogique met en jeu des courants et tensions électriques variant dans des limites fixées, mais sans paliers, ni niveaux prédéfinis, contrairement à l'électronique numérique. La grandeur analogique étudiée peut prendre une infinité de valeurs continues, alors qu'une grandeur numérique ne peut que prendre des valeurs discrètes (des niveaux ou paliers (selon le découpage opéré)).
Dans la première génération de téléphonie, les signaux étaient analogiques et parcouraient le circuit sous la même forme que le son sortant de la bouche en n'utilisant que 3200 Hz de bande passante. Le réseau RTC fonctionne en 48 Volts polarisé. (Cf Numérique, ADSL, dégroupage, Ndi).


ANALYSEUR :

Appareil de contrôle et de mesure du signal ou des informations échangées sur un canal de transmission.


ANDROID :

Système d’exploitation ouvert et gratuit développé spécifiquement par Google pour la téléphonie mobile. Les téléphones équipés d’Android (aussi appelés Webphone) sont de véritables portables connectés à Internet. Android base son concept sur la simplicité d’utilisation et la personnalisation. Son second point fort fort réside dans son catalogue d’applications (Android Market) constitué de dizaines de milliers d’applications. (Cf Phone Os, Iphone, Windows mobile, Htc, Adsense, Adwords).


ANI :

(Automatic Number Identification ou identification automatique de l'appelant).
Fonction permettant d'identifier un appelant via son numéro de téléphone.


ANNEAU :

(Ring).
Topologie de réseau en boucle fermée. Principe de réseau où chacune des stations est connectée aux deux voisines, l’une en entrée, l’autre en sortie, l’ensemble formant un anneau (boucle fermée). L’information se propage ainsi d’un poste à l’autre en faisant le tour du réseau. (Cf Bus, Token Ring, Ethernet, Mac, Coaxial).


ANNONCE :

Enregistrement déposé sur le poste téléphonique (à partir du micro du combiné). (Cf transfert d'appel, Musique d'attente, Pré-décroché, Transfert d'appel, message d'accueil).


ANONYMOUS FTP :

Serveur Ftp autorisant une connexion anonyme (login "anonymous" sans mot de passe).


ANSI :

(American National Standards Institute).
Organisme américain responsable des standards dans de nombreux domaines dont celui de l'informatique.


ANSI :

(American National Standards Institute).
Organisme fondé en 1918, chargé de coordonner l'activité de normalisation aux États-Unis dans les secteurs public et privé, qui développe des standards via des comités de standardisation accrédités. L’ANSI est le représentant des États-Unis à l’ISO. (Cf Tvhd, Dvi, Vga, Hdtv, 1080p, 720p, Définition, Hdmi, vidéo, Tv Led, Plasma, Moniteur, Lumen, Ansi, Lumen).


ANTéMéMOIRE :

(Cache Memory).
Mémoire très rapide pour accélérer l'accès aux données les plus fréquemment utilisées. (Cf Ram, Rom, Dram, Ddr, Sodimm).


ANTIVIRUS :

Utilitaire capable de détecter et d'éliminer les virus informatiques et autres malwares sur la base de deux principes :
. Selon une analyse par signature permettant de détecter les virus connus (si les définitions de virus sont mises à jour),
. ou selon une analyse heuristique permettant de détecter les virus inconnus à partir de leur logique de programmation et le cas échéant de leur comportement à l'exécution.

Le fonctionnement de l’antivirus s’opère aussi selon deux principes combinés ou non :
.un scanner permettant de lancer une analyse d'un disque ou d'un fichier à la demande ("on demand"),
.ou à l’aide d’un moniteur de surveillance du système en temps réel ("on access") pouvant empêcher un utilisateur d'ouvrir un fichier infecté.(Phishing, Spyware, Backdoor, Keylogger, Ver, Malware, Cheval de troie, Rogue, Déni de service, Deni de service, SmartScreen, Spoofing, Spam, Man in the middle, Pup, Heuristique, Hacker, Virus).


ANYCAST :

Dans le protocole IPv6, ces adresses "anycast" remplacent les anciennes adresses broadcast d'IPv4. Ce sont des adresses virtuelles qui pointent vers une ou plusieurs adresses physiques. Les composants réseau possèdent alors plusieurs adresses :
> Une adresse IP de liaison locale sur le réseau local auquel ils sont connectés.
> Une adresse unique locale (eq à IPv4).
> Une adresse IP globale pour communiquer sur Internet (Cf broadcast, multicast, Ipv4, Ipv6, Collision, Trame, Paquet, Segment).


AOC :

(Active Optical Cable).
Cordon optique actif. (Cf Fibre optique).


APACHE :

Logiciel libre (sous linux) le plus utilisé pour la gestion des sites Web. Ce serveur web renvoie un flux de réponses (résultant de requêtes faites par le "browser" client) à ce même navigateur web client en utilisant le langage servant le protocole HTTP, après avoir lu les contenus de fichier(s) demandés ou les informations provenant d'une base de données sur des serveurs tiers. (Cf open source, Asp, Php, Html, Http, Iis, Cms, Linus, Gimp).


APD :

(Avalanche Photodiode).
Photodiode à avalanche. (Cf Fibre optique).


API :

(Application Programming Interface ou interface pour la programmation d'applications).
Biliothèque (de primitives) comprenant un ensemble de fonctions et méthodes fournies permettant une programmation plus facile car les fonctions restent indépendantes du matériel. Ces fonctions de base sont utilisées par pratiquement tous les programmes et proposées dans ce type de bibliothèque servant d'interface abstraite entre ces programmes. (Cf Cti, Csta, Tapi, Software, Framework, Ca, CRL, Des, Dsa, Dss, Esp, Ike, Pap, Pin, Pki, Radius, Rfc, Rpc, Rsa, Ssl, Sso, Vpn, Acpi, Apm, Posix, Unix, Linux).


APIPA :

(Automatic Private Internet Protocol Addressing).
Processus permettant à un système d'exploitation de s'attribuer automatiquement une adresse IP, lorsque le serveur DHCP est hors service. En effet, si aucun serveur DHCP n’est disponible, une adresse automatique (AutoIP – APIPA) du masque 169.254 est choisie de manière aléatoire après vérification de sa disponibilité.
Les adresses IPv4 du bloc d’adresses 169.254.0.0 à 169.254.255.255 (169.254.0.0 /16) sont conçues pour être des adresses locales-liens. Elles peuvent être automatiquement attribuées à l’hôte local par le système d’exploitation, dans les environnements où aucune configuration IP n’est disponible. Celles-ci peuvent être utilisées dans un réseau Peer to peer de petite taille ou pour un hôte qui ne peut pas obtenir d’adresse automatiquement auprès d’un serveur DHCP. (Cf IP, DHCP, Iana, IP Classes Réservées, Cidr, Classe d'adresses IP, 0.0.0.0, 127.0.0.1, Slaac).


APM :

(Advanced Power Management ou gestion étendue de l'alimentation).
API développée en collaboration par Intel et Microsoft, permettant de gérer l'économie d'énergie sur les ordinateurs portables. APM est aujourd'hui remplacée par ACPI.


APN :

(Access Point Name).
Paramètre qui identifie le Gateway GPRS Support Node (GGSN) en cours d'utilisation, en téléphonie mobile. Utilisé lors d'une session prédéfinie par l’opérateur mobile à destination de ses abonnés Intranet, Internet ou Wap. (Cf Gps, Soc, Dsp, Fpu).


APNIC :

(Asia Pacific Network Information Centre).
Organisme gérant les noms de domaine et adresses IP relatives à l'Asie et au Pacifique. (Cf Registrar, Afnic, AfriNIC, Iana, Tld, Rir).


APPEL EN INSTANCE :

Un bip vous prévient de l'appel d'un correspondant lorque vous êtes déjà en communication. (Cf Transfert, Renvoi, Aboutement, Conférence, Zlt).


APPEL MASQUE :

Si l'appelant a désactivé la fonction " présentation du numéro de l'appelant". (Mise en attente, Transfert, Double Appel, Va et vient, Standard, Parcage, Renvoi, Musique d'attente).


APPLE :

(Apple Computer, Inc)
Créée le 1er avril 1976 à Cupertino en (Californie), puis constituée sous forme de société le 3 janvier 1977 à l'origine sous le nom d'Apple Computer Inc., cette entreprise multinationale américaine conçoit et vend des produits électroniques grand public, des ordinateurs personnels et des logiciels informatiques (i.e Macintosh, iPod, iPhone,iPad, les systèmes d'exploitation Mac OS X et iOS, le lecteur multimédia iTunes…). En 2011, Apple compte près de 50 000 employés et a un chiffre d'affaires annuel de 70 milliards de dollars. (Cf Steve Jobs).


APPLET :

C'est un script (écrit en java) qui, à partir du serveur (application serveur), est chargé par le navigateur "client" pour augmenter l'interactivité et les fonctionnalités de l'interface visuelle sur l'application cliente. Il nécessite toujours l'installation d'une machine virtuelle sur le système d'exploitation (type Java ou Silverlight) du poste client. Il suffit de cliquer sur un menu ou un mot dans Windows 7 pour en comprendre son rôle ou son effet. (Cf Javascript, Php, Sdk, Cgi, Web, Http, Asp).


APPLICATION :

Logiciel conçu pour aider l'utilisateur à exécuter une tâche spécifique (traitement de texte, comptabilité, gestion des stocks...). (Cf Software).


APPLICATION N-TIERS :

L'architecture 3-tiers ou architecture à trois niveaux est l'application du modèle plus général nommé le multi-tiers. L'architecture logique du système est divisée en trois niveaux ou couches :
• couche présentation
• couche métier
• couche accès aux données


APPLOCKER :

Technologie de blocage d’applications par Microsoft, qui permet de déterminer quelles applications sont autorisées à s’exécuter sur les ordinateurs utilisés. Il se configure par GPO locale ou de domaine. Il est couplé avec un service appelé « Identité de l’application ».
Utilisé pour les grandes entreprises à haut niveau de conformité. (Cf Windows 7 Pro).


ARCEP :

(Autorité de Régulation des Communications Electroniques et des Postes).
Anciennement ART, cet organisme français indépendant chargé de réguler les télécommunications a aujourd'hui des pouvoirs de contrôle et de sanction sur les différents opérateurs. En plus de la régulation des télécoms, l'organisme réglemente le service des postes. (Cf 4G, 3G, Wifi, wimax, Art, Roaming, Handover, Pire).


ARCHIVE :

Fichier compressé intégrant tout le contenu d'un dossier (fichiers, arborescence et droits d'accès). Exemples de fichiers archives (.tar (linux), .zip(windows)). (Cf msu).


ARGUMENT :

En génie logiciel, valeur réelle passée par la fonction appelante. (Cf Paramètre, Variable, Procédure).


ARIN :

(American Registry for Internet Numbers).
Région Amérique du Nord http://www.arin.net. (Cf Iana, Afnic, Apnic, AfriNic, Ripe, Registrar, Fai, Lacnic, Tld, Rir, Isp).


ARM :

(Du nom de son Fabricant ARM ltd).
Architecture RISC 32-64 bits (ARMv8 à partir de l'iPhone 5S) plus simple que d'autres familles de processeurs, et bénéficiant d'une faible consommation. Les processeurs ARM sont devenus prédominants dans l'univers embarqué de la téléphonie mobile et des tablettes. (Cf Soc, Dsp, Fpu, Simd, Gps, Modem).


ARMOIRE DE RéPARTITION :

Armoire pour répartiteurs (norme 19” 42U ou châssis de répartition)positionnée dans une salle machine(informatique ou télécom).(Cf Baie, Câble, Dti, Câblo-opérateur, Caa).


ARP :

(Address Resolution Protocol (RFC 826)).
Protocole permettant de faire correspondre les adresses IP et les adresses Ethernet (MAC) requis par TCP/IP pour utiliser Ethernet (recherche de l'adresse MAC à partir de l'adresse IP). (Cf ARQ, Couche liaison de donnees, Rarp, Drarp, Ping, NetBIOS, Broadcast, Dhcp, Watchdog).


ARPA :

(Advanced Research Projects Agency).
Acronyme provenant de l' ARPANET, organisation ayant travaillé sur le maillage des réseaux (financé par le DoD) pour être supplanté par l'Internet dans les années 1980. (Cf Internet, Afnic, Darpa, Dod).



ARQ :

(Automatic Repeat reQuest ou requête automatique de répétition).
Méthode de contrôle d'erreur pour la transmission de données permettant de redemander la transmission des trames lorqu'une erreur de transmission (trame perdue ou erronée) a eu lieu. Utilise des acquittements et des timeouts pour parvenir à une transmission efficace de l'information. (Cf Arp, Rarp, Tcp, Mac, Ip, Couche de liaison, Drarp).



ART :

(Autorité de Régulation des Télécommunications).
Remplacé par l'Arcep.


ARTEFAC :

Interférence d'images telles que les lignes de pixels peuvant apparaître lors des procédures de décodage des images compressées au format Mpeg2. (Cf Mp4, résolution).


AS :

(Autonomous System).
Ensemble de réseaux IP intégrés à Internet et dont la politique de routage interne (routes à choisir en priorité, filtrage des annonces) est cohérente. Il s'agit d'un réseau ou un ensemble de réseaux placés sous un même contrôle administratif, tel que le domaine cisco.com. Un tel système est constitué de routeurs qui présentent une vue cohérente du routage vers l'extérieur. Un système autonome est donc un ensemble de réseaux contrôlés par une même autorité administrative et régis par la même stratégie de routage interne. Chaque système autonome est identifié par un numéro de système autonome unique (ASN). Les ASN (Autonomous System Numbers) sont contrôlés et enregistrés sur Internet. Le même ASN s’applique à tous les périphériques réseau au sein du domaine de routage du système autonome. Le FAI est l’exemple d’AS le plus courant. La plupart des entreprises se connectent à Internet via un FAI devenant ainsi partie intégrante du domaine de routage de ce FAI. Le système autonome est administré par le FAI et, par conséquent, comprend non seulement ses propres routes de réseau, mais gère également les routes vers tous les réseaux d’entreprise et les autres réseaux de clients qui y sont connectés. (cf Métrique, Routeur, Vlan, Switch, Cidr, Classe d'adresses IP, Ospf, Rip, Ospf, Table de routage, Igp, Egp, Bgp, ALLSPFrouters, Eigrp).


ASCII :

(American Standard Code for Information Interchange RFC 5137).
Code standard informatique permettant d'échanger les caractères des différents alphabets, en réseau. Défini à l’origine sur la base de 128 caractères (0 à 127 codé en binaire), ce code à fait place à de nombreuses normes de codage, quelque fois incompatibles entre elles, afin de répondre aux demandes d’intégration des différents alphabets et caractères non alphabétiques sur nos chers claviers alphanumériques. (Cf Bloc, Octet, Iso 8959, Unicode, Touche méta).


ASIC :

(Application Specific Integrated Circuit(s) ou circuit intégré propre à une application).
Circuit intégré spécialisé. L'intérêt de l'intégration consiste à réduire les coûts de production et d'augmenter la fiabilité. (Cf Fpga, Ram, Asics).


ASP :

(Active Server Pages).
Suite de logiciels développée par Microsoft et utilisée dans la programmation Web pour créer des sites web dynamiques. Fonctionne sur une plate-forme Windows IIS ou Linux-Unix avec une version modifiée d'Apache. ASP est une structure composée d'objets accessibles par des langages interprêtés. Ainsi, la page html contenant un ou plusieurs scripts est exécutée dynamiquement sur le serveur Web avant d'être envoyée au navigateur client. (Cf Php, Html, Cgi, Xml).


ASP (FOURNISSEUR D'APPLICATIONS EN LIGNE) :

Modèle de commercialisation d'une application informatique hébergée (CRM, application métier...) et accessible par Internet via le navigateur client. (Cf ASP).


ASR :

(Automatic Speech Recognition).
Fonction de reconnaissance de la parole. Couplée à un SVI, l'appelant peut naviguer vers un service en remplaçant la saisie des touches DTMF par la voix.


ASSEMBLEUR :

Représentation symbolique (bas niveau) des codes utilisés par un ordinateur pour l'exécution de ses programmes. Comme une machine ne comprend que le langage binaire (1 et 0) ou langage machine, le langage assembleur fut conçu pour faciliter la tâche des programmeurs. Il s'agit d'un langage de bas niveau (très près du langage machine, donc pas très facile à "manipuler", mais tellement plus rapide que les langages évolués (C, C++, Java...).


ASYNCHRONE :

Technique électronique utilisée en informatique, pour démarrer un processus sans attendre de signal d'horloge (du bus) pour réagir aux signaux d'entrée. (principe utilisée à un autre niveau pour UDP). Les premières mémoires DRAM étaient asynchrones, donc pas synchronisées avec le bus. (Cf Synchrone, Sdram).


AT :

Jeu de commandes développé pour les modems par le fabricant HAYES (sacrées machines!). Est devenu par la suite un standard dans le monde des modems. (Cf Crc, Ymodem).


ATA :

(Analog Telephony Adapter).
Boitier raccordant des terminaux analogiques pour les relier à une solution de ToIP. Un adaptateur ATA permet de se connecter à un réseau Ethernet et de brancher le téléphone analogique. Ainsi votre ancien téléphone apparaîtra sur le réseau VoIP comme un téléphone SIP normal. (Cf Pap2t,Foip).


ATA :

(Advanced Technology Attachment connu sous l'appellation "IDE"),
Norme utilisant un mode de transmission en parallèle non prévu pour supporter des fréquences élevées en raison des problèmes liés aux interférences électromagnétiques entre les différents fils du bus de transmission. Remplacé par le S-ATA (Sata) dès 2003. (cf Usb, Firewire, Ide, Atapi, Scsi, Ahci, formatage).


ATAPI :

(ATA Packet Interface).
Extension de ATA, plutôt utilisée par les lecteurs et graveurs de CD-ROM et DVD-ROM ou lecteurs de type ZIP. La principale différence entre les deux protocoles réside dans le fait qu'ATAPI implémente le jeu d'instructions Packet. (Cf Ide, Sata, Usb, Firewire, Scsi).


ATM :

(Asynchronous Transfert Mode).
Protocole réseau de niveau 2 à commutation de cellules, ayant pour objectif de multiplexer différents flots de données sur un même lien utilisant une technique de type TDM. Les cellules d'information, de longueur fixe (48 octets de données et 5 octets d'en-tête) sont envoyées de manière asynchrone, en fonction des différentes données à transmettre, mais sont insérées dans le flux de données synchrones d'un protocole de niveau inférieur pour leur transport. De base, les services ATM sont orientés connexion et totalement indépendants de la nature des informations véhiculées : voix, données, images. De par leur nature (temps de propagation du signal réduit, haut débit, qualité de service, orienté connexion), les réseaux ATM sont particulièrement bien adaptés au transport de la voix.
La technique dans ATM a été bien conçue pour transporter le parole téléphonique de type G.711 à 64 Kbit/s. Les 48 octets de données de la trame sont donc remplis en 48 fois 125 µs, i.e en 6ms, étant très acceptable, même avec l'écho et un temps de transit devant rester inférieur à 28 ms. ATM étant un protocole réseau fonctionnant en mode connecté, il permet d'établir un chemin virtuel entre client et serveur pour réaliser la connexion. (Cf G-Pon, G.729, G.703, G.704, Mpls, Ces, Aal1, Aal2, Pvc, Svc, Sonet, Frame Relay, Adsl, X.25, Hec, Fec, Overhead, Vdsl, Xdsl, Câblo-opérateur, Rsvp).


ATTéNUATION :

(Affaiblissement).
Grandeur propre à un conducteur dépendant de sa section et de sa longueur expliquant l'atténuation d'un signal électrique.
Exemple d'une section de câble, exprimée en mm sur une paire de cuivre téléphonique, pour la bande de fréquence des 300 Khz (Adsl):
. Pour 4/10 (0.4 mm) : 15 dB (rapport entre un niveau de signal et celui du bruit).
. Pour 5/10 : 12,4 dB
. Pour 6/10 : 10,3 dB
. Pour 8/10 : 7,9 dB.

Désigne donc la perte d'intensité d'un signal sonore durant son existence (ou chemin parcouru). Elle est la conséquence naturelle d'une transmission de signal sur n'importe quel support. C'est la différence de puissance du signal entre 2 points. L'atténuation limite la longueur du câblage réseau sur lequel un message peut être envoyé. Elle est quantifiée en décibels (dB). L'atténuation linéique d'un fibre optique correspond à un minimum d'absorption d'énergie par le matériau de la fibre. (Cf interférence, coaxial, Affaiblissement de réflexion, Fibre optique, Bnc, Dslam, Bas, Adsl, Nra, Db).


AUC :

(Authentification Center).
Centre d'authentification (lié à un HLR), utilisé dans les réseaux GSM. (Cf Imei).


AUDIOCONFéRENCE :

Conférence téléphonique dans laquelle les participants sont en communication téléphonique interactive. (Cf Hdmi, Vidéoconférence, Son, Mao).


AUDIOTEL :

Pratique des appels téléphoniques surtaxés conçue par France Télécom. Le mécanisme fonctionne de manière assez simple : les appels qu’effectueront les internautes pour obtenir un code audiotel seront surtaxés. Un code lui permettant d’accéder aux biens en ventes sur le site. On compte la durée effective de l’appel, au forfait ou en accès mixte. Les codes utilisés dans les audiotels comprennent à la fois des chiffres et des lettres. En voie de disparition ! (Cf surtaxe, X.25, Transpac, Surtaxé, RNIS, Numeris).


AUDIOTEX :

Service téléphonique permettant l'accès à des informations vocales depuis un téléphone.


AUTHENTIFICATION :

Fonction permettant de vérifier l'origine d'une connexion ou d'une transaction licite. Permet ainsi de s'assurer de l'identité du programme, de la personne ou de l'entreprise avec lequelle on communique. Les 2 extrémités sont authentifiées. (Cf Intégrité, Confidentialité, Nla).


AUTO-NéGOCIATION :

Au niveau 1 du modèle OSI, positionné dans la sous-couche la plus basse de la couche physique, mécanisme permettant d'assurer la reconnaissance automatique du mode de transmission (Full duplex ou bidirectionnel simultané) lors de la connexion sur paires torsadées. (Cf PCS et PMA).


AUTORITé DE CERTIFICATION :

Organisme, responsable de l'ensemble des élément utilisés dans le processus de création des certificats, délivrant et gérant ces certificats, après vérification de l'identitié et des informations sur la personne nommée sur le certificat. (Verisign, Signature, X.509, Pki).


AVI :

(Audio Video Interleave).
Format de fichier vidéo dans lequel sont inclus la vidéo et l’audio. (Cf Spdif, Flv, Mp4, Flac, Aiff).


éCHO :

Il y a écho lorsque le locuteur entend une version retardée de sa propre voix. L’importance de l’écho pour la gène du locuteur dépend :
. du délai d’aller-retour entre le locuteur et la source de l’écho,
. de l’amplitude de l’écho.
Les appels RTC nationaux (délais < 25 ms) ne provoquent généralement pas d’écho. Les appels RTC internationaux ou sur réseau IP (délais < 150 ms) nécessitent des annuleurs d’écho. Les appels via satellite (délais < 400 ms) nécessitent des annuleurs d’écho. (cf Gigue, Delai, Perte de paquets, Voip, Toip, Tdm, latence, Qos).


éLIGIBILITé :

Capacité technique (physique) d'une ligne téléphonique à supporter un service (type Data). (Cf Adsl, Sdsl, éligibilité, dégroupage).