Définitions en informatique et télécom

  

Rechercher :
        A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z   -    0  1  2  3  4  5  6  7  8  9

Besoin d'informations complémentaires, contactez nous !




E-BUSINESS :

(Commerce électronique).
Service permettant de réaliser des opérations commerciales au travers d'Internet. En développement exponentiel.


E-PON :

(Ethernet Passive Optical Network).
Réseau optique passif sous Ethernet. (Cf A-pon, B-Pon, G-Pon, Fibre OPtique).


E-PTZ :

(Electronic Pan/Tilt/Zoom).
Fait référence aux capacités (rotation, zoom...) des caméras de surveillance (militaires, professionnelles) et enregistreurs automatisés, gérés à distance. Ils peuvent être ainsi commandés dans tous les sens de rotation et de zoom via une manette. (Vidéo, Onvif).


EAN :

(European Article Numbering).
Code-barres utilisé par le commerce et l'industrie conformément aux spécifications d’EAN International. Aujourd'hui remplacé par GS1[1], ce système global est destiné à l'identification univoque d'objets.


EAP :

(Extensible Authentification Protocol).
Protocole (IETF) d'extension d'authentification correspondant à une infrastructure prenant en charge un grand nombre de mécanismes d'authentification. Dans le processus de négociation, Eap spécifie la séquence de requêtes et de réponses entre un client et un serveur Eap, jusqu'à la fin de l'authentification. Il est généralement utilisé dans les réseaux sans fil. Son rôle est donc de transporter les informations d'authentification. Cette extension de protocole permet d'intégrer l'authentification par certificats stockés sur carte à puce, plus précisément c'est EAP-TLS qui permet d'authentifier une connexion VPN à l'aide de certificats. (Cf X.509, Ppp, Radius, 802.1x, Tacacs, Wifi).


ECMA :

(European Computer Manufacturers Association).
Association à but non lucratif dédiée à la standardisation des systèmes d'information et de communication et gérant un ensemble de protocoles ECMA/xx. (Cf Csta).


ECRANTAGE :

(Foiled).
Protection consistant en l'entourage de toutes les paires torsadées d'un même câble par une tresse métallique ou d'un feuillard fin en aluminium. (Cf Rj45, Blindage, Ftp, Sftp, Utp, Ftp, Shielded, écrantage).


EDGE :

(Enhanced Data rates for Global Evolution).
Evolution de la norme GSM qui, tout comme le GPRS, a été développée pour mieux gérer le transfert de données à haut débit. En optimisant les systèmes déjà en œuvre dans les normes GSM et GPRS, l’Edge permet d’atteindre des débits de l’ordre de 200 à 250 kbit/s. Reste compatible avec l'infrastructure des réseaux GSM 2G, contrairement aux réseaux 3G (dont UMTS). (Cf 3G, FDD, bibande, bimode, Gprs, 4G, Handover, Roaming, Umts, H+).


EDI :

(Electronic Data Interchange ou Echange Electronique de données).
Echange d'écritures bancaires standardisé (ordres d'achat-vente, mandats, paiements...) à intégrer dans une comptabilité, entre un émetteur (fournisseurs bancaires) et clients ou partenaires.


EDZ :

(Evenemential Death Zone).
Une des caractéristiques fonctionnelles d'un réflectomètre. Zone morte évènementielle. (Cf Fibre optique, Adz).


EEPROM :

(Electrically-Erasable Programmable Read-Only Memory ou mémoire morte).
Type de mémoire morte effaçable électriquement et programmable, appelée E2PROM. Elle peut être effacée électriquement, sans qu'il ne soit nécessaire de la retirer de l'appareil la contenant.(Cf Eprom, Rom, Ram, Mémoire volatile, Flash, vive, Cam, Mémoire morte).



EF :

(Expedited Forwarding).
Dans le processus DiffServ, les paquets IP se voient attribuer la classe EF. C'est le niveau de priorité situé dans la zone VLAN qui s'en charge.(Cf Voip, Toip, Best Effort).


EFFET PHOTOéLECTRIQUE :

Phénomène d'émission d'électrons après absorption de photons par un matériau. (Cf Fibre optique, Electroluminescence).


EFI :

(Extensible Firmware Interface).
Logiciel intermédiaire entre le firmware et l'OS d'un ordinateur appelé à être le successeur du BIOS. Représenté sous forme de shell. (Cf Uefi, Bcd, Bcdedit, Mbr, Firmware, Gpt, Irq).


EFS :

(Encrypting File System).
Système de fichiers utilisé par Microsoft qui permet de gérer le chiffrement des documents sur un volume NTFS. EFS utilise la cryptographie symétrique. EFS ne prévient pas les attaques par force brute contre les mots de passe des utilisateurs. Dans ce cas, le chiffrement de fichier ne procure pas de protection efficace en cas de mot de passe utilisateur facile à trouver.( Cf Aes, Chiffrement, Ipsec, Ssl, Ssh, Fek).


EGP :

(Exterior Gateway Protocol (RFC 904)).
Il existe deux familles de protocoles de routage : les protocoles IGP et les protocoles EGP. Le protocole de routage EGP achemine les données entre les systèmes de réseaux autonomes. Aujourd'hui, ce protocole est obsolète et remplacé par BGP. (cf Métrique, Routeur, Vlan, Switch, Cidr, Classe d'adresses IP, Ospf, Rip, Ospf, Table de routage, Igp, As, Lsa).


EHCI :

(Enhanced Host Controller Interface).
Spécification INTEL pour l'interface contrôleur d'USB 2.0 incluant une description précise de l'interface matériel/Logiciel entre les OS et le contrôleur matériel de la carte mère de la machine. Cette spécification est conçue pour les développeurs de composants "hard", de pilotes, les constructeurs . A ce titre, son implémentation requiert une license Intel. (Cpu, Bios).



EIFFEL :

Langage de programmation orienté objet (POO) conçu par Bertrand Meyer, figure de référence pour la conception orientée objet. On peut mélanger Eiffel avec les autres langages de la plate-forme .NET(Cf objet, Simula, classe, Dotnet, C++, Java, Instance, Procédure, Fonction).


EIGRP :

(Enhanced Interior Gateway Routing Protocol).
Protocole de routage hybride IP développé par Cisco à partir de leur protocole original IGRP optimisant l'instabilité de routage dûe au changement de topologie, l'utilisation de la bande passante et la puissance du processeur du routeur. Il s'agit d'un protocole de routage de type « distance vector » (vecteur de distance) avancé. Il supporte le VLSM (Variable Length Subnet Mask), étant donc un protocole de routage « classless ». Certaines de ces optimisations sont basées sur le Diffusing Update Algorithm (DUAL) développé par SRI, garantissant l'absence de boucle. EIGRP calcule les métriques sur la base de 4 paramètres : Délai, Bande passante, Fiabilité, Charge. Il fonctionne sur base d’un numéro de système autonome ( «ASN »). C’est-à-dire qu’il pourra uniquement communiquer avec les routeurs où EIGRP est configuré pour le même ASN.
. Distance administrative pour les routes internes : 90 (valeur par défaut)
. Distance administrative pour les routes externes : 170 (valeur par défaut).
(Cf Ospf, igrp, Table de routage, Igp, Routeur, Vlan, Rip V1, Rip v2,As, ALLSPFrouters).


EIR :

(Equipment Identity Register).
Identifiant destiné à permettre de désactiver un téléphone mobile (Gsm) ayant été dérobé. (Cf Sim, Puk, Imei, Iccid).


ELECTROLUMINESCENCE :

Transformation directe d'une énergie électrique en énergie lumineuse. (Cf Fibre optique, Effet photoélectrique).


EMAIL :

(Courrier électronique ou courriel).
Message envoyé par internet depuis un terminal (PC, mobile) selon la nomenclature suivante "nomutilisateur@adresse". Le message électronique comporte l'adresse du ou de plusieurs destinataires, un contenu, des informations pour la
transmission du message (date, heure, adresse de l'expéditeur…). (Cf Messagerie électronique, Adsl, Bal, Mail, e-mail).


EMB :

(Effective Modal Bandwith).
Bande passante modale effective exprimée en MHz*km. (Cf Fibre optique, Bp).


EML :

(EMaiL).
Extension de fichier ".eml" pour l'enregistrement de messages électroniques par Outlook Express. (Cf Mail, Message, Courrier électronique, email, Exchange, Smtp, Internet, Mapi, Spf, Vcard, Pop, Mbox).


EMULATION :

Processus par lequel un programme ou système informatique se comporte de la même façon qu'un autre système informatique pour exécuter les programmes de ce dernier. L'émulation implique la conversion binaire d'un ensemble d'instructions en un autre, par exemple, des instructions x86 en instructions PowerPC ou en instructions x86 virtualisées.


ENCAPSULATION :

OSI :
A chacun des niveaux du modèle OSI, on encapsule un en-tête et une fin de trame (du message transféré au final) qui comporte les informations nécessaires respectant les règles définies par le protocole correspondant à chaque couche d'encapsulation.
A chaque niveau des couches OSI, le dénomination du découpage des données change :
. Le paquet de données est appelé message au niveau de la couche application.
. Le message est ensuite encapsulé sous forme de segment dans la couche transport. Le message est découpé à ce niveau en plusieurs morceaux ou segments avant envoi en respectant la taille maximum selon le MTU.
. Une fois encapsulé dans la couche IP, le segment prend le nom de datagramme.
. La trame est envoyée sur le réseau au niveau 2 de la couche accès réseau.
Enfin au niveau 1, le signal électrique est transformé en numérique sous forme de bits envoyés les uns à la suite des autres à la couche supérieure ou sur le réseau WAN en fonction de la destination. (Cf PDU, SDU, MTU).
VM :
L’état complet d’une VM est contenu (encapsulé) dans des fichiers représentant un serveur physique dans son ensemble : matériel virtuel et Guest OS. Cela facilite les PRA, les migrations. (Cf isolation, Thin Provisioning, Consolidation, Guest OS, Bpdu, Vm, Machine virtuelle, Virtualisation, Bare metal).


ENTRELACEMENT :

(Interleaving).
Technique utilisée jusqu'à la fin des années 2000 pour augmenter le délai permettant d'accéder aux informations sur un disque dur. Les secteurs ne se suivant plus physiquement, la distance supplémentaire que doit alors parcourir le disque pour que la tête de lecture atteigne les données, octroie du temps au système un délai pour soit changer de piste, soit transmettre les données. Cette technologie permet d'accélérer les débits de transmission d'information. Aujourd'hui, cette technique est remplacée par celle des mémoires cache et de l'augmentation de la vitesse des processeurs. (Disque dur, Formatage, Cluster, Bloc, Secteur, Raid, Volume agrégé par bande, Raid 0, Raid 5, Agrégation).


ENTREPRISE :

Structure économique et sociale regroupant des moyens humains, matériels, immatériels et financiers, pour fournir des biens ou des services à des clients dans un environnement concurrentiel avec un objectif de rentabilité. Elle doit prendre en compte une approche rigoureuse de gestion des coûts en contrôlant ses besoins en Informatique et Télécom. Raison majeure du conseil apporté par INFONITEC. (Cf Pordic, Côtes d'armor, Réseaux, Téléphonie, AASTRA, Informatique, Logiciels, Formation, dictionnaire informatique et télécom).


EPISSURE :

Une épissure permet de raccorder deux fibres optiques simples, appelées "brins", de manière définitive. C'est, plus largement, une division protégée par des manchons plastiques d'un câble, en deux ou n parties (portant sur des capacités en multiples de 7). (Cf Wdm, Gbic, Fibre optique, Jarretière, Ozr, chambre de tirage).


EPROM :

(Erasable Programmable Read-Only Memory).
Type de mémoire morte reprogrammable. Elle peut être lue facilement, mais reste difficile à réécrire. Pour effacer ce type de mémoire, il faut la retirer du circuit et soumettre la puce électronique à un rayonnement ultra-violet.(Cf Eeprom, Ram, Rom, Mémoire morte, volatile, Flash, Cam).



EQUIPEMENT :

(Hardware ou matériel).
Au sens informatique, ensemble des pièces détachées d'un appareil informatique (à l'intérieur du boîtier du PC) et à l'extérieur (les périphériques).


ERLANG :

Unité de mesure (sans unité) du trafic téléphonique, statistique de la charge d'un circuit ou d'un commutateur, rapportée à la seconde. L'analyse est faite sur la base d'un temps défini de communication sur un circuit. Exemple, un trafic de 0.5 Erlang sur un circuit correspond à un taux d'occupation de 50%. (Cf trafic d'une machine).


ERP :

(Enterprise Resource Planning ou progiciel de gestion intégrée (PGI)).
Ensemble d'applications destinées à coordonner l'ensemble des activités d'une entreprise dans un SI (Système d'information), tant au niveau vertical (production, approvisionnement...) que sur le plan horizontal (marketing, commercial, RH...). Les produits
phares sont SAP, People Soft, JD Edwards...(Cf CRM, Data Mining, Data wharehouse).


ESATA :

(External SATA).
Version de connecteurs Sata destinés au stockage externe et dont la longueur maximale de câble est 2 m. Similaire à la norme SATA, elle est destinée à la connexion de disques externes (bien plus performants que les boîtiers USB classiques). (Ata, Usb, Firewire, Ide, Scsi).


ESD :

(Electronic Software Distribution).
Offre dématérialisée de catalogue de logiciels.
(Cf DNL, Soho).


ESN :

(Entreprise de Services du Numérique).
Avril 2013, les SSII se renomment en Entreprises de Services du Numérique.


ESP :

(Encapsulating Security Payload).
IPSEC offre 2 protocoles de sécurité AH et ESP. ESP (RFC 2406) assure en plus la confidentialité : il peut chiffrer et encapsuler les données véhiculées par IP (pas les en-têtes) alors qu'AH ne fait que signer les paquets sans les chiffrer (ajoute seulement un en-tête supplémentaire au paquet IP). (Cf VPN Passthrough, UDP, IKE, Api, Ca, CRL, Des, Dsa, Dss, Ike, Pap, Pin, Pki, Radius, Rfc, Rpc, Rsa, Ssl, Sso, Vpn, Ipsec, Nat traversal, Tkip).


ESPACE DE NOM :

Dans la terminologie DNS d'un AD, l’espace de nommage (toute zone délimitée au sein de laquelle un nom peut être "résolu") de l’Active Directory repose sur DNS pour la localisation des services et la résolution des noms. Il comprend le domaine racine, des domaines de niveau supérieur, secondaire, des sous domaines.
La combinaison de l’espace de nom DNS et du nom d’hôte constitue le FQDN. Le nom de domaine identifie la position d’un domaine par rapport à son domaine parent dans l’arborescence.
La zone : division d’un espace de nom dans laquelle sont situés des enregistrements, la zone principale faisant autorité dans son espace.
Lorsqu’un serveur DNS reçoit une requête, il essaie de trouver l’information demandée dans ses propres fichiers de zone. Si non récupérée, alors il communique avec d’autres serveurs pour résoudre la requête. La notion de « . » à la racine DNS de l’AD permet de donner la main au DNS. (Cf Iana, Ptr, Dnssec, Tld, Zone Dns, Reverse Dns, Afnic, Ripe, Rir, Isp, Espace de noms, Zone Stub, Dyndns).


ESSID :

(Extended Service Set IDentifier).
Il est possible de relier plusieurs points d'accès entre eux (ou plus exactement plusieurs BSS) par une liaison appelée système de distribution (l'Essid), afin de constituer un ensemble de services étendu (extended service set ou ESS). (Cf Access Point, Bssid, Roaming, Handover, Wifi, Dtim, Wds, Overlap).


ESX :

Produit VMware constituant la couche de virtualisation pour consolider les serveurs. VMware ESX et VMware ESXi sont des hyperviseurs « bare-metal » qui partitionnent les serveurs physiques en plusieurs machines virtuelles. Chaque machine virtuelle représente un système complet : processeurs, mémoire, mise en réseau, ressources de stockage et BIOS.
ESXi ne possède pas de service console sur le serveur, uniquement un accès http ou via le client vsphere (Interface utilisateur vers l’infrastructure). (Cf VMM, Guest OS, Data Store, Consolidation, Broker).


ETAT DE LIENS :

Classe d'algorithme de routage destinée à la mise à jour des voisins sur base des modifications apportées à la topologie du réseau, à l'aide d'informations d'état de liens. Ce terme fait référence à l'adresse IP/masque de l'interface, au statut d'une liaison au type de réseau, au coût de la liaison et l'ensemble des routeurs voisins. un routeur configuré avec un protocole de routage à l'état de liens évalue le coût des liaisons vers la destination pour déterminer le meilleur chemin. (Cf Ospf, Eigrp, Table de routage, Igp, Routeur, Vlan, Rip V1, Rip v2, Routage statique, Routage dynamique, Vecteur de distance, Lsu, Da).


ETCD :

(Equipement Terminal de Circuit de Données).
Connexion des terminaux ETTD au canal ("tuyau de transmission") nécessitant une adaptation réalisée par un ETCD. Permet d'adapter le flux des données aux conditions de la ligne et de faire la transformation analogique numérique ou numérique analogique. (Cf Modem, X.25, Ettd, dte, Etcd, Dce, Rs-232, Crc, Hdlc, Csu, Dsu).



ETHERNET :

Protocole de communication sur réseau local très largement répandu, correspondant (avec des variantes) au standard 802.3 (IEEE) et permettant de commuter les trames au niveau 2 du modèle OSI selon un format normalisé. Il définit la couche physique et le contrôle d'accès au média pour le transport des trames dans les réseaux en topologie Bus. L'accès au médium se fait au moyen de CSMA/CD. Tous les équipements informatiques sont livrés avec une carte Ethernet afin de se connecter à un réseau local (filaire), à Internet via un modem câble ou DSL. La bande passante varie selon l’implémentation des équipements (10 Mbit/s, 100 Mbit/s (Fast Ethernet), 1000 Mbit/s (Gigabit Ethernet), et toujours en évolution.
Les différentes catégories de câbles :
cat 1: applications de téléphonie bande passante 300-3400 hz
cat 2: applications jusqu'à 1 mb/s
cat 3: applications type ethernet 10 mb/s
cat 4: applications type token-ring 16 mb/s
cat 5: applications type ethernet 100 mb/s
cat 5e: applications type ethernet 1 gb/s
cat 6: applications type ethernet 10 gb/s
cat 7: applications type ethernet 100 gb/s (la fibre est alors plus utilisée).
(Cf Trame, PDU, CRC, Checksum, Liaison de données, PDU, Bus, Anneau, Mac, Token Ring, Cpl, Coaxial, Voip, Vlan, Vlan Tag, Gre, Mpls, Fddi, 802.2, 802.3, 802.3ae, 802.5, Llc, Lacp, X.25, Atm, Sonet, Frame Relay, Tagging, Overhead, Mdix, Oui, Vpls, Beb, Domaine de Collision, Aloha).


ETHERTYPE :

Champ de l'étiquette Vlan défini sur la valeur du Vpid. Le commutateur recevant la trame sait qu’il doit rechercher des informations dans le champ d’informations de contrôle d’étiquette. Ce champ est défini sur la valeur hexadécimale 0x8100. (Cf 802.1Q, Vlan Tag, Vid, Vpid, Tci).


ETSI :

(European Telecommunication Standards Institute).
Organisme de standardisation européen ayant, entre autres, produit les standards Euro-RNIS (Euronumeris+ (9 chiffres), DECT, GSM et participant aux travaux de 3GPP. (Cf Vn6, Isdn, Rnis, Euronumeris).


ETTD :

(Equipement Terminal de Traitement de Données ou DTE (Data Terminal Equipment).
Equipement servant à échanger des données avec un réseau, ne se connectant pas directement à la ligne de transmission (i.e un ordinateur, un terminal, une imprimante). La transmission des données est assurée par un ETCD. (Cf modem, X.25, Transpac, dce, rs-232, Hdlc, L2tp, Csu, Dsu).


EUI-64 :

La sous-couche MAC insère et traite les adresses Mac au sein des trames transmises. Elle est parfois appelée adresse ethernet, UAA (Universally Administered Address), BIA (Burned-In Address), MAC-48 ou EUI-48. L'IEEE a défini un format similaire à 64 bits appelé EUI-64. (Cf Mac, Llc).


EURONUMERIS :

Euronuméris et Euronumeris+ sont deux versions de la normalisation européenne du RNIS. Les accès Numeris sont fournis, en fonction des disponibilités techniques et géographiques, en mode de raccordement :
. EuroNuméris + (9 chiffres)
. EuroNuméris (4 chiffres).
(Cf PABX, IPBX, VN6, X.25, Transpac, Infonitec, T0, T2, Etsi, Infonitec, Dss1, Vn6).


EXCHANGE :

(Microsoft Exchange Server).
Application Microsoft de messagerie collaborative. La première version sort en 1996 pour concurrencer IBM et son Lotus Note. Son rôle initial est de stocker le courrier électronique. Son utilisation est étendue au calendrier, aux listes de tâches, à la gestion des contacts et bien d'autres données partagées entre les utilisateurs. Un serveur Exchange dans une Active Directory permet donc le partage d'informations entre utilisateurs identifiés, et autorise l'accès depuis n'importe quel ordinateur connecté à Internet (ordinateur de bureau, ordinateur personnel, PDA, i Phone). Peut être utilisé en mode hébergé, dans ce cas, le fournisseur d'applications en ligne (ASP) est seul responsable de son déploiement, de sa maintenance et du stockage des fichiers. La dernière version (Exchange 2010) offre une réelle évolution sur la sécurité, la collaboration et surtout la mobilité. (Cf MX, Messagerie unifiee, Outlook, Mapi, Office, Mailing List, Email, Bal, Vcard, Mbox, Client léger, Lourd, Messagerie unifiée, Dossier Public, Disclaimer, Groupware, Lync, Moc, Ldap, Carnet d'adresse, Contact, Bal).


EXT2 :

(ext2fs : Second extended file system).
Système de fichiers standard de Linux limitant la fragmentation des fichiers. Complet pour un système Unix, mais pas journalisé. En cas de plantage, Linux nécessitera beaucoup de temps pour tester les disques). (Cf Ext3, Ext4, Reiserfs, Ntfs, Fat, Pid, Uid, Inode).


EXT3 :

(ext3fs : Third extended file system).
Troisième version du système de fichiers sous Linux, dont la principale caractéristique est d'être journalisée. Ext3 est une évolution de ext2 et se différencie par l'utilisation d'un fichier journal, évitant ainsi la longue phase de récupération lors d'un arrêt brutal de la machine. (Cf Ext2, Ext4, Linux, Reiserfs, Unix, Ntfs, Fat, Pid, Uid, Inode, Pointeur).


EXT4 :

(ext4fs : Forth extended file system).
Successeur du système de fichiers ext3 destiné aux systèmes basés sur GNU/Linux,la fonctionnalité majeure de ext4 réside dans l'allocation par "extent" permettant la pré-allocation d'une zone contiguë pour un fichier, pour minimiser la fragmentation. L'option extent est active par défaut depuis le noyau Linux 2.6.23. (Cf Ext2, Ext3,Reiserfs, inode, Ntfs, Fat, Pid, Uid, Inode, Pointeur).


EXTENSION DE FICHIER :

Suffixe donné au nom d'un fichier pour identifier son format et séparé de son libellé par un point. (Surtout utilisé historiquement depuis DOS et Windows). Quelques exemples :
txt : fichier texte, pdf : fichier pdf (acrobat reader), doc : fichier Word, odt : fichier OpenOffice, org fichier Writer, jpeg : fichier image jpeg, png : fichier image png, gif : fichier image gif, mp3 : fichier audio mp3, ogg : fichier audio ogg Vorbis, xls : fichier Excel, html : fichier html, wma : fichier audio wma pour Windows Media Audio, tar.gz (tgz) : fichier archive tar, Gif, Tiff ..et bien d'autres. (Cf Inode).


EXTFAT :

(Extended File Allocation Table).
Système de fichiers conçu pour les mémoires flash et les supports de stockage externes (disques durs), il est utilisé quand NTFS n’est pas utilisable à cause de la charge des métadonnées (trop gourmand en ressource). Utilisé dans Windows XP SP2 et SP3, Vista et Windows 7, Mac OS Snow Leopard, Windows CE 6.0. (f ReadyBoost, Unité d'allocation).


EXTRANET :

Partie du réseau d'une entreprise dont l'accès est réservé aux utilisateurs externes (clients, partenaires ou fournisseurs) autorisés et authentifiés. Ceci suppose une sécurisation renforcée avec d'une part, une authentification par certificat, d'autre part, l'adoption du protocole HTTPS. (Cf Internet, Intranet, Portail, Webmaster).


EYEFINITY :

Technique récente développée par ATI (à parti des Hd5000) permettant d'utiliser jusqu'à 6 écrans sur une seule carte graphique. Elle est aussi utilisée sur les écrans UHD 4K (nécessitant 2 flux pour afficher le contenu en deux demi-écrans de 1920 x 2160). (Cf Tvhd, Dvi, Vga, Hdtv, 1080p, 720p, définition, Lcd, vidéo, Moniteur, Spdif, Ramdac, Crt, Cpu, Gpu, Uhd, 4k, 8K).