Définitions en informatique et télécom

  

Rechercher :
        A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z   -    0  1  2  3  4  5  6  7  8  9

Besoin d'informations complémentaires, contactez nous !




L2CAP :

(Logical Link Control & Adaptation Protocol).
Couche basse utilisée dans Bluetooth, fournissant les services de multiplexage des protocoles de niveau supérieur, la segmentation et le réassemblage des paquets ainsi que le transport des informations de qualité de service. Les protocoles de haut niveau peuvent ainsi transmettre et recevoir des paquets jusqu'à 64 Ko. Ce protocole autorise un contrôle de flux par canal de communication. Le périphérique maître est ainsi en mesure de créer un canal de communication avec le point d'accès en utilisant ce protocole. (Cf Fhss, Nfc).


L2F :

(Layer two Forwarding).
Protocole de tunnelisation propriétaire CISCO.


L2TP :

(Layer two Tunneling Protocol RFC 2661).
Protocole se basant sur le chiffrement fourni par IPSEC. Il permet de transporter des connexions en conservant les informations du niveau 2 OSI. Le transport de ces connexions se fait grâce à des tunnels IP/UDP (port UDP utilisé standard 1701). En général il n'y a qu'un seul tunnel entre deux mêmes ETTD. (Cf SSL, AES, EFS, Sstp, Ppp, Pptp, Ipsec, Ettd, Sstp).


LACNIC :

(Latin-American and Caribbean IP Address Registry).
Amérique du Sud et certaines îles des Caraïbes http://www.lacnic.net. (Cf Ripe, Fai, Apipa, Ietf, Apnic, Arin, AfriNIC, Rir, Tld, Isp).


LACP :

(Link Aggregation Control Protocol).(IEEE 802.3ad).
Protocole de niveau 2 (OSI) permettant d’aggréger plusieurs liens physiques en un seul lien logique, améliorant ainsi le débit et la tolérance de panne. Un aggrégat (trunk) peut compter de nombreux liens actifs. (Cf Switch, Commutateur, Lldp, Load balancing).


LAG :

(Link Aggregation Group, groupe d'agrégation de liaisons).
L'agrégation de liens optimisant l'utilisation des ports en reliant plusieurs ports pour former un LAG). Le LAG multiplie la bande passante, augmentant la souplesse des ports et établit une redondance de liaisons entre deux périphériques.
Deux types de LAG sont pris en charge :
• Statique : un LAG est statique si le protocole LACP (Link Aggregation ControlProtocol) est désactivé. Vous configurez un LAG statique avec un groupe de ports restant toujours des membres actifs du LAG.
• Dynamique : un LAG est dynamique s'il est compatible LACP. Vous définissez un groupe de ports comme candidats à l'appartenance à un LAG dynamique. Le protocole LACP détermine les ports candidats au LAG étant des membres actifs. Les membres non actifs sont des ports de réserve prêts à remplacer un membre actif en cas de défaillance. (Cf Cisco).


LAN :

(Local Area Network ou Réseau Local).
Réseau situé dans une zone réduite tel qu'un immeuble. Sa porte d'entrée ou de sortie vers l'extérieur est le routeur passerelle vers le réseau étendu (via des modems, routeurs distants, lignes téléphoniques, satellites ou une connexion hertzienne). (Cf Wan, Man, Pan, Token Ring, Bus, Dlna, Topologie, Réseau local, Miniport Wan, Mpls, Vpls).


LANGAGE FORMEL :

Langage possédant une syntaxe logique. Contrairement au langage naturel il ne souffre pas de possibles ambiguïtés liée à la sémantique, et fait appel à la logique formelle (lois de Morgan...).


LAP :

(Link Access Protocol).
Protocole dans la famille des recommandations X25 de l'ITU.
(Cf Hdlc, Lapb, Lapd, X25).


LAPB :

(Link Access Protocol Balanced).
Protocole dans la famille des recommandations X25 de l'ITU. (Cf Lap, Lapd, Hdlc).


LAPD :

(Link Access Protocol D-channel).
Protocole de liaison de données utilisé dans un réseau GSM. Il est défini dans la famille des recommandations X25 de l'ITU. (Cf Lap, Lapb, Lap B, Hdlc).


LATENCE :

En Voip, Toip, Téléphonie, temps de transmission maximum acceptable pour conserver l'interactivité d'une conversation téléphonique (entre 150 et 400 ms). Temps correspondant au delai.(Cf gigue, echo, perte de paquets, Qos).


LAYWOOD 3D :

Filament composé à 40% de bois recyclé et à 60% de polymère faisant office de liant. Il porte aussi la référence Laywoo-D3.(Cf impression 3D, Stl, Abs, Pva, Sls, Fdm, Alm, Sla).


LBA :

(Logical Block Address).
Mode plus performant que le CHS, utilisant une adresse logique sur 28 bits : le 1er secteur ayant l'adresse 0, le 63e l'adresse 62, le 1er secteur du 2e cylindre l'adresse 63 (si 63 secteurs par cylindre) etc... Ce mode permet donc d'adresser 128 Go.(Cf Chs).



LCD :

(Liquid Cristal Display).
Technique d'affichage où des cristaux liquides sensibles sont soumis à un courant électrique fournissant une image de qualité. Ces cristaux, se mouvant entre deux plaques de verre polarisées par des électrodes, génèrent une image par leur déplacement. L'écran doit être rétro-éclairé par l'adjonction de sources lumineuses ("néons" ou fins tubes éclairants fixés sur les côtés de l'écran), consommant souvent plus d'energie que l'écran lui-même. La gestion du mouvement a longtemps été la grande faiblesse du LCD, mais avec l’émergence du 200 HZ, cela s'est amélioré. Comparatif : Compter entre 300 et 350 watts par heure pour un plasma de 110 cm (42 pouces) contre 250 watts pour un LCD de même taille.
Dans le cas des projecteurs LCD, les trois couleurs sont réunies à l'intérieur de l'appareil et projetées par une seule lampe sur l'écran. Un panneau constitué d'une multitude de cristaux liquides est traversé par un faisceau lumineux produit par une lampe. Les cristaux liquides dosent la lumière les traversant, modifiant ainsi leur polarisation en fonction d'un champ électrique commandé par un circuit vidéo.
Les vidéo-projecteurs Tri-LCD reprennent le même principe avec 3 panneaux, améliorant grandement la qualité de l'image pour une résolution bien plus élévée. (Cf Tvhd, Dvi, Vga, Hdtv, 1080p, 720p, définition, Hdmi, vidéo, Tv Led, Plasma, Moniteur, Lumen, Ansi, Dlp, Ips, Tn).


LCP :

(Link Control Protocol).
Afin d'être suffisamment souple pour pouvoir être porté dans de nombreux environnements, le protocole Ppp dispose d'un protocole de contrôle de liaison LCP. Celui-ci permet d'activer une ligne de téléphone en négociant les options, en testant la ligne, et en la désactivant proprement en cas de résiliation. Lors d'une communication PPP, l'émetteur et le récepteur envoient des paquets LCP pour déterminer des informations spécifiques à la transmission de données. Lcp détermine la taille des paquets acceptables, recherche les erreurs dans la configuration. Les données ne peuvent pas être transmises sur un réseau tant que la connexion n'est pas acceptée par LCP.(Cf Ncp, mac Ethernet, PppoE, Pptp).


LCR :

(Least Cost Routing).
Fonction d'un autocom (Pabx, Ipbx, Centrex) permettant d'établir un appel au meilleur prix en fonction de différents paramètres (i.e heure, destination, tarif des différents opérateurs).


LDAP :

(Lightweight Directory Access Protocol).
Protocole de l'IETF, léger, permettant l'accès (interrogation et modification) à un service d'annuaire (ex l'AD) sur le réseau informatique. Chaque objet possède un nom complet LDAP, un nom commun, et un identificateur d'objet (OID) unique attribué par l'ISO. L'assemblage de tous les composants (du plus précis au plus général) d'un nom forme son distinguished name : cn=ordinateur,ou=machines,dc=FR.
(Cf Dns, Active directory, AD, Api, Ca, CRL, Des, Dsa, Dss, Esp, Ike, Pap, Pin, Pki, Radius, Rfc, Rpc, Rsa, Ssl, Sso, Vpn, Rdn, Exchange, Carnet d'adresse, Contact).


LED :

(Light emitting diode).
Diode électroluminescente pouvant produire un rayonnement monochromatique (une seule couleur à la fois) à partir d'une transformation d'énergie.(Cf Tvhd, Dvi, Vga, Hdtv, 1080p, 720p, définition, Hdmi, vidéo, Tv Led, Plasma, Moniteur, Lumen, Ansi, Dlp, Del).


LIA :

Première liaison analogique sur 2 ou 4 fils, ayant permis de raccorder deux autocoms via des liaisons louées par impulsions de 50 Hz. La SDA "Colisee" utilisait le même principe mais avec des timings propres, et l'envoi des quatre chiffres de la SDA en DTMF. Ensuite sont apparus le RNIS et le Q.SIG pour remplir les mêmes fonctions. On n'utilise plus le terme LIA mais son objectif était bien le même.


LIAISON COMMUTéE :

Lien ouvert à la demande, dont le coût est lié à la durée de connexion. Un routeur chargé d'établir le lien surveille le trafic une fois la liaison établie et coupe un lien sans trafic. Un choix classique consiste à adopter le lien loué secouré par un lien commuté; (Cf Rnis, Ls, Ll).

(Cf liaison louée).


LIAISON LOUéE :

Disponible 24h/24, ce circuit est caractérisé par son débit numérique et son prix. Il 's'agit d'un prix de location indépendant du volume d'informations transporté. Le coût sera d'autant plus intéressant que le lien sera utilisé. (Cf Liaison commutée, Ls, Ll, Rnis).


LICENCE BOITE :

Microsoft offrait cette possibilité d'achat de licence de ses OS ou applications Office. C'est la plus chère et la moins restrictive car elle permet de changer de matériel comme bon vous semble, étant transférable sans restriction. (Cf Opk, Oem, Microsoft, Rok, Pkc, Ggk, Licence en volume, Licence boite).


LICENCE DE MARQUE :

Offre proposée sous une marque en association avec un opérateur télécom, opérateur de réseau ou VNO. (Cf Mvno, Marque blanche).


LICENCE EN VOLUME :

Selon la stratégie commerciale de Microsoft, les programmes de licences en volume, conçus pour les entreprises, s'avèrent une façon économique d'acquérir entre 5 à 1000 licences logicielles à la fois. Ceux-ci incluent les types de licences suivantes :
. Open License,
. Select License,
. Enterprise Agreement,
. Enterprise Subscription Agreement.
(Cf Oem, Ggk, Opk, Pkc, Licence boite).


LIGNE ANALOGIQUE :

(ou Pstn).
Ligne de communication téléphonique fonctionnant sur une paire de fil de cuivre supportant une tension de 48Vdc (sur laquelle s'ajoute une tension de +/- 100 Vac lors d'un appel téléphonique (tension de sonnerie), lors de la transmission d'une voix (durant une communication téléphonique) ou lors d'un transfert de données (Fax ou Internet sur ADSL via un modem). On ne peut établir qu'une communication à la fois. (Cf Rnis, Numéris, Rtc, Commutation de circuits, Ligne numérique).


LIGNE DE COMMANDE :

Ligne de commande saisie au clavier à partir d'un shell (interpréteur de ces commandes écrites), aujourd'hui plutôt utilisé par les professionnels avertis et non omnibulés par leur environnement graphique permanent. C'est aussi une très bonne manière de comprendre les mécanismes informatiques en jeu.


LIGNE NUMéRIQUE :

Ligne téléphonique numérique (également appelée Isdn ou Rnis) fonctionnant sur une paire torsadée avant le boîtier RNIS (Accès de Base ou TNR) et sur 2 paires torsadées après le boîtier (Bus S0). (Cf ligne analogique, Rtc, Modem).


LINUS BENEDICT TORVALDS :

(Chantre du logiciel libre).
Comment ne pas évoquer l’incroyable parcours de ce génial américano-Finlandais. En 1991, il formalisa le premier noyau du système d’exploitation GNU/LINUX libre pour PC IBM compatible (basé sur le processeur 80386, architecture 32bits). Vivant actuellement aux USA, il développe toujours ce noyau Linux implémenté dans de nombreuses et très bonnes distributions dont il n'en privilégie aucune.(Personnellement , j’affectionne plus précisément la DEBIAN). Linus se consacre aujourd’hui pleinement à Linux, son « bébé » de rêve.


LINUX :

Le système d'exploitation libre Linux a été conçu en 1991 par Linus Benedict Torvalds. OS très élaboré et basé sur un noyau (kernel), dont le développement est toujours supervisé par Linus Torvalds, ainsi que de nombreux autres logiciels dont une partie a été développée par la FSF dans le cadre du projet GNU. Plusieurs entreprises éditent des distributions diverses (DEBIAN...), regroupant le noyau et de nombreux utilitaires et applications spécifiques. Aujourd'hui, le système Linux est considéré comme une alternative aux systèmes propriétaires (i.e Microsoft Windows). (Cf Aix, Unix, Gpl, Open source, Sun, Grub, Fstab, Glpi, Fsf, Floss, Gpl, Gnu, Root, Inode, Posix, Thorvalds, distribution linux).


LISTE CHAMOIS :

Option proposée par ORANGE permettant d'éviter que vos coordonnées téléphoniques (numéro, nom, adresse) ne soient publiées dans les annuaires, mais pouvant être communiquées par les services de renseignements. (Cf liste ivoire, liste rouge, liste orange, numéro cristal).


LISTE IVOIRE :

Option proposée par ORANGE permettant d'éviter l’affichage de son numéro sur le téléphone de l’appelé.(Cf liste orange, liste chamois, liste rouge, numéro cristal).


LISTE ORANGE :

Option proposée par ORANGE permettant d'éviter que vos coordonnées téléphoniques (numéro, nom, adresse) ne soient utilisées à des fins de prospection commerciale. (Cf liste ivoire, liste chamois, liste rouge, numéro cristal).


LISTE ROUGE :

Option proposée par ORANGE permettant d'éviter que vos coordonnées téléphoniques (numéro, nom, adresse) ne soient publiées dans les annuaires ou communiquées par les services de renseignements. (Cf Liste ivoire, liste chamois, liste orange).


LLC :

(Logical Link Control).
Partie haute de la couche 2 (OSI), capable de fiabiliser le protocole MAC par un contrôle d'erreur et un contrôle de flux (LLC 802.2 commun à tous les protocoles MAC 802.x).
On rencontre 3 types de transmission :
. LLC type 1 : aucun contrôle supplémentaire en mode non connecté.
. LLC type 2 : type 1 + contrôle de séquence + contrôle de flux ; Mode connecté (Token Ring).
. LLC type 3 : type 1 + acquittement de trame en mode non connecté avec acquittement, utilisé pour les communications point à point.
(Cf 802.1, 802.3, 802.5).


LLDP :

(Link Layer Discovery Protocol).
Protocole destiné à remplacer des protocoles propriétaires (i.e Cisco CDP) utilisés dans l'autodécouverte des topologies réseau de proche en proche, et à apporter des mécanismes d'échange d'information entre équipements réseaux, et utilisateurs finaux. (Cf Arp, Rarp, GUI, Lldp-med, Snmp, Lag, Lacp, Cdp).


LLDP-MED :

(LLDP for Media Endpoint Devices).
Extension de LLDP appliquée à d'autres fonctionnalités liées à la découverte réseau (configuration des réseaux, implémentation de stratégies, détection de périphériques, gestion de PoE, des inventaires...). (Cf Cdp).


LLMNR :

(Link Local Multicast Name Resolution).
LLMNR permet de se connecter à une machine via son UNC, en activant l’iPv6 et la « Découverte du réseau ». LLMNR est alors capable de faire la résolution de nom. Pour se connecter à une machine nommé ORDI1, il suffit de saisir « \ORDI1 ». (Cf Dns, Unc).


LMHOSTS :

(LanManager Hosts).
Fichier qui comporte des associations statiques entre des noms NEtBIOS et des adresses IP. (Cf Netbeui, Nbns, Samba, maitre explorateur).


LMI :

(Local Management Interface).
Ce type de message est envoyé en continu entre le DCE (Switch Frame Relay FAI) et le DTE (routeur Frame Relay). Ces messages servent à garder la connexion active entre eux. Il indique aussi le Circuit virtuel en cours au routeur. Il existe 3 types de Lmi (Cisco par defaut (Dlci 1023), Ansi (Dlci 0), q933a). (Frame Relay, Relais de trames, Inverse ARP, Dlci).


LMS PME :

Les Labels Microsoft Spécialistes PME sont des partenaires qui répondent aux besoins des petites et moyennes entreprises en leur proposant des solutions de qualité fondées sur les technologies Microsoft.


LOAD BALANCING :

(Répartition de charge).
Technique utilisée en Informatique pour distribuer un travail entre plusieurs processus, ordinateurs, disques, pare-feux ou autres ressources. (Cf Failover, Lacp, 802.3ad).


LOCAL MASTER BROWSER :

(Explorateur Maître Local).
Utilisant le CIFS, contient la liste de tous les serveurs annoncés dans un groupe de travail ou domaine donné sur un réseau local.


LOCALHOST :

(Hôte Local).
Nom désignant une interface logique du PC local, gérant les couches basses réseau. Il est associé à l’adresse IPv6 (::1) ou à la plage d’adresses IPv4 (127.0.0.0/8) dont la plus connue est 127.0.0.1). (Cf Loopback).


LOCALISATION :

Identification de la cellule où se trouve inscrit un mobile à l'instant "t". Tenue à jour dans le HLR, elle permet d'acheminer les communications vers un mobile.


LOGIN :

(Identifiant).
Procédure d'authentification (i.e pour accéder à un domaine AD) durant laquelle un utilisateur doit s'identifier pour pouvoir en utiliser les services. (Kerberos).


LONGUEUR D'ONDE :

Mesure de l'oscillation d'une onde, désignant sa vitesse divisée par sa fréquence. Représentée par le symbole Lambda, elle est exprimée en unité de longueur (µm ou nm pour la lumière). (Cf Fibre optique).


LOOPBACK :

(Rebouclage).
Interface virtuelle d'un matériel réseau (ou possédant une carte réseau). Permet de tester le bon fonctionnement de sa propre couche Tcp/ip. (Cf 127.0.0.1, Localhost, IP Classes Réservées).


LOVAGE :

Boucle de câble servant de réserve en cas de ré-intervention. (Cf rocade, Gaine technique, Chemin de câbles, Chaussette).


LPR :

(Line Printer Remote).
Port permettant de se connecter à des serveurs d'impression UNIX. (Cf linux).


LSA :

(Link-State Advertisement).
Petit paquet d’informations de routage envoyé entre les routeurs utilisant le protocole de routage OSPF. Les LSA décrivent l’état des interfaces (liaisons) d’un routeur, et d’autres informations, telles l’adresse IP de chaque liaison. (Cf Rip, Eigrp, routage, routeur, IPv4, Ipv6, Table de routage, Rip v2, As, Routage dynamique, état de liens, Routage statique, Lsu, Spf, Ospf).


LSOH :

(Low Smoke Zero Halogen).
Câble ne dégageant pas de fumée toxique quand il prend feu. (Cf Local Technique, Vdi, Capillaire).


LSU :

(Link-State Update).
Paquet utilisés pour les mises à jour du routage Ospf. Il peut contenir 11 types différents de paquet Lsa. (Cf Rip, Eigrp, routage, routeur, IPv4, Ipv6, Table de routage, Rip v2, As, Routage dynamique, état de liens, Routage statique, Lsa, Spf, Ospf).


LSZH :

(Low-Smoke Zero-Halogen Wire (and cable)).
Norme d'inflammabilité et de toxicité des fumées liée aux câbles. Disponible pour les applications à bord, au large de plates-formes marines et autres zones confinées. Quelques avantages : production de moins de fumée, moins toxique.


LTE :

(Long Term Evolution).
Projet 3GPP visant à établir les spécifications des réseaux radio 4G. Le LTE est donc l'évolution la plus récente des normes de téléphonie mobile GSM/EDGE, CDMA2000, TD-SCDMA et UMTS.
Les normes LTE sont dérivées des normes UMTS, mais apportent de nombreuses modifications et améliorations, entre autres :
un débit descendant théorique allant jusqu'à 326,4 Mbit/s crête (300 Mbit/s utiles) en mode MIMO 4X4; un débit montant théorique allant jusqu'à 86,4 Mbit/s crête (75 Mbit/s utiles). (Cf Imsi).


LUMEN :

Unité de mesure du flux lumineux physiquement supporté par les ondes électromagnétiques, elle fait le lien entre la puissance d’une onde électromagnétique et notre perception visuelle, la lumière n’étant que le résultat d’une fonction de visibilité (i.e : une ampoule de 100 watts éclaire 1200 lumens).(Cf Tvhd, Dvi, Vga, Hdtv, 1080p, 720p, Définition, Hdmi, vidéo, Tv Led, Plasma, Moniteur, Ansi, Candela, Luminance, Résolution, Définition, Chrominance).


LUMINANCE :

Grandeur photométrique (une des caractéristiques de la lumière) correspondant à notre sensation visuelle de cette lumière. C'est en quelque sorte notre "compteur" de lumière (quotient de l'intensité lumineuse par l'aire apparente de la surface émissive, mesurée en candela/m2). (Cf chrominance, YUV, RVB, Pixel, Lumen).


LUN :

(Logical Unit Number).
"identifiant d'unité logique", c'est-à-dire un pointeur vers un espace de stockage. Cet identificateur unique utilisé sur un bus SCSI permet de différencier jusqu'à huit périphériques distincts. (Cf Scsi).


LVDS :

(Low Voltage Differential Signaling).
Mode de transmission permettant de transférer un signal sur un fil et son opposé sur un second fil afin de permettre au récepteur de reconstituer le signal par différence (Sata).


LVM :

(Logical Volume Management ou gestion par volumes logiques).
Technique logicielle permettant de découper, de concaténer et d'utiliser des espaces de stockage d'un serveur Linux (ou de type Unix). L'utilisation de volumes logiques remplaçant le partitionnement des disques, offre plus de souplesse pour diminuer la taille d'un système de fichiers ou pour en agrandir un autre, sans se préoccuper de l'emplacement physique sur le disque dur (plus de limitations de type partition primaire, principale, étendue...). (Cf Linux, Snapshot).


LWAPP :

(LightWeight Access Point Protocol (RFC 5412)).
Protocole d'échange et de transfert de données entre points d'accès légers et contrôleurs WIFI (Solution rachetée par Cisco au protocole non propriétaire, mais non compatible avec les matériels d'autres constructeurs).
Dans une architecture réseau centralisée, les points d'accès abandonnent certaines fonctions au profit des contrôleurs pour être pilotés par ceux-ci. Pour communiquer entre elles, ces entités "légères" utilisent le protocole d'échange LWAPP.
Les caractéristiques:
. L'établissement d'un tunnel du point d'accès jusqu'au contrôleur est le préalable à l'établissement de la communication entre ces deux entités. On le nomme tunnel LWAPP.
. Le protocole peut opérer à deux niveaux : au niveau 2, il se situe au-dessus d'Ethernet, et au niveau 3, il est encapsulé dans un datagramme IP utilisant UDP comme protocole de transport. Le fonctionnement en mode niveau 2 est considéré comme obsolète. En effet, il n'est pas routable (impossible de répartir les points d'accès sur plusieurs réseaux différents) et il oblige à une visibilité directe du contrôleur et des points d'accès (même VLAN). (Cf Wifi, Dfs, Capwap).



LYNC :

(Microsoft Lync Server).
Serveur de communication temps réel destiné aux entreprises, fournissant l'infrastructure nécessaire à l'utilisation de la messagerie instantanée (chat), la présence, la voix et la visioconférence. Il s'agit donc d'un produit pour la communication unifiée et collaborative, fédérant en un seul produit les fonctionnalités de présence, de messagerie instantanée, de conférence audio/vidéo/Web, et de téléphonie d'entreprise.
(Cf Microsoft, Ocs).