Définitions en informatique et télécom

  

Rechercher :
        A  B  C  D  E  F  G  H  I  J  K  L  M  N  O  P  Q  R  S  T  U  V  W  X  Y  Z   -    0  1  2  3  4  5  6  7  8  9

Besoin d'informations complémentaires, contactez nous !




RAAS :

(Recovery As A Service).
Backup secouru d’un système d’information sur une infrastructure virtualisée, hébergée par un tiers (sur le cloud), disponible à la demande et facturée à l’utilisation (i.e : sauvegarde externalisée des données critiques en mode cloud, secours sur la base d’une prestation de type Iaas, offre complètement managée intégrant le suivi du SI et des mécanismes de bascule planifiés (Raas). (Cf Saas, Paas, Daas, Iaas).


RADIUS :

(Remote Authentication Dial-In User Service).
Protocole client-serveur utilisé pour centraliser des données d'authentification. Cela permet aux fournisseurs d'accès à Internet d'authentifier les utilisateurs distants utilisant les connexions par modem RTC à partir de multiples serveurs mais d'une seule base utilisateurs (par nom et mot de passe de connexion).
RADIUS connaît par défaut deux protocoles de mot de passe : PAP (échange en clair du nom et du mot de passe), et CHAP (échange basé sur un hachage de part et d'autre avec échange du « challenge »(seul, le mot de passe est chiffré)). Le protocole prévoit deux attributs séparés : User-Password et CHAP-Password. Les variations Microsoft MS-CHAP et MS-CHAP-V2 se sont ajoutées. (Cf Api, Ca, CRL, Des, Dsa, Dss, Esp, Ike, Pap, Pin, Pki, Rfc, Rpc, Rsa, Ssl, Sso, Vpn, Signature numérique, Gre, 802.1x, Eap, Tacacs, Ias).


RAID :

(Redundant Array of Independant (Inexpensive) Disks).
Grappe redondante de disques indépendants. Permet de répartir les informations non plus sur un seul gros disque, mais sur plusieurs petits disques. Cela permet d'accélérer les accès aux données en pratiquant l'entrelacement des informations (des parties consécutives d'un fichier sont placées sur des disques différents, permettant ainsi de les récupérer toutes en même temps au lieu de les lire les unes à la suite des autres). La bande passante des entrées/sorties sur disque est ainsi considérablement améliorée (notion de performance). Enfin, après un crash d'un des disques, la récupération des données est facilitée. Le système RAID est donc capable de gérer d'une manière ou d'une autre la répartition et la cohérence de ces données. Ce système de contrôle peut être purement logiciel ou utiliser un matériel dédié. Plusieurs niveaux de disques Raid sont disponibles sur le marché.
Au total, cette technologie offre, selon les différents niveaux d'utilisation de la grappe des disques :
. Meilleure performance,
. Coûts optimisés,
. Accès disques plus rapides,
. Fiabilité des données.
(Cf Disponibilité, Entrelacement, Cluster, Partition, Volume Raid, Volume agrégé par bande, Dasd, Raid logiciel, Raid matériel, mode bloc).


RAID 0 :

(Redundant Array of Independant (Inexpensive) Disks ou Striping) ou Agrégat de bandes.
Grappe redondante de disques indépendants permettant de créer un volume sans mécanisme de protection de données (donc sans redondance ou tolérance de pannes) à l'aide d'au moins 2 disques durs. Lorsqu'un des disques tombe en panne, les données du volume ne peuvent être récupérées. L'entrelacement des informations sur les disques améliore les performances. Le débit de la grappe de disques en RAID 0 est égale au débit d’un disque multiplié par le nombre de disques (exemple : pour une grappe de 4 disques avec un débit théorique de 33 Mo/s, il faut 1/4 de seconde pour écrire 33 Mo de données, d’où un débit de 132 Mo /s). La capacité disponible du volume est égale à la capacité totale des disques. (Cf Volume Raid 1, Raid 5, Agrégat de bandes, Entrelacement).


RAID 1 :

((Redundant Array of Independant (Inexpensive Disks) ou Shadowing, Duplexing).
Grappe redondante de disques indépendants permettant de créer un volume combinant 2 à 4 disques durs. Le système écrira simultanément des données identiques sur chaque disque dur, afin que l'intégrité des données soit conservée lorsqu'au moins un disque fonctionne normalement (car chaque disque possède son propre contrôleur). La capacité disponible du volume est égale à la capacité du plus petit disque dur. En dupliquant en miroir les fichiers, ce système de redondance procure une certaine tolérance aux pannes matérielles. (Cf RAID, Smart, Volume Raid, Raid 5).


RAID 10 :

(Raid 0 + 1 (10)).
Combine une partie des avantages du Raid 0 et du Raid 1. Cependant, le coût est plus élevé que pour le Raid 1, car il requiert un minimum de quatre disques durs pour créer un volume ; le nombre de disques doit être pair. Le RAID 10 possède donc les performances d'un RAID 0 et le niveau de protection de données d'un RAID 1. Il combine deux disques durs en un groupe dans lequel l'intégrité des donnée est conservée lorsque l'un des deux disques tombe en panne. La capacité de volume disponible est égale à la capacité du plus petit disque dur * nombre de disques durs / 2. (Cf Volume Raid).


RAID 5 :

Grappe redondante de disques indépendants permettant de créer un volume combinant au moins 3 disques, enregistrant les données et les informations de parité sur tous les disques. Si l'un des disques tombe en panne, le système peut être reconstruit à l'aide de la parité des autres disques, protégeant ainsi l'intégrité des données. La capacité de volume disponible est égale à la capacité du plus petit disque dur * nombre de disques durs - 1. (Cf RAID). Il s’apparente au Raid 0, tout en comportant un mécanisme de correction d’erreurs. (Cf Disponibilité, Smart, Volume Raid, Volume agrégé par bande, Calcul de parité, Raid 1, Entrelacement).


RAID 5+SPARE :

Grappe redondante de disques indépendants permettant de créer un volume combinant au moins au moins 4 disques durs. Il utilise 1 disque comme disque de secours à chaud et le reste pour créer un volume RAID 5. Lorsqu'un des disques du volume RAID 5 tombent en panne, le disque de secours à chaud sera automatiquement ajouté au volume RAID 5 pour garantir l'intégrité des données. La capacité de volume disponible est égale à la capacité du plus petit disque dur * nombre de disques durs - 2. (Cf RAID, Volume Raid).


RAID 6 :

Grappe redondante de disques indépendants permettant de créer un volume combinant au moins 4 disques enregistrant les données et les informations de parité sur tous les disques. Si l'un des disques tombe en panne, le système peut être reconstruit à l'aide de la parité des autres disques, protégeant ainsi l'intégrité des données. La capacité de volume disponible est égale à la capacité du plus petit disque dur * (nombre de disques durs - 2). (Cf RAID).


RAID 7 :

Ce mode, utilisé pour avoir un niveau de sécurité ou des performances très supérieures aux autres modes RAID, utilise un grand nombre de disques (avec un maximum de 48 disques). On peut définir manuellement le nombre de disques dédiés au stockage de la parité et ceux affectés au stockage des données. Le nombre de disques que le système peut perdre est proportionnel au nombre de disques dédiés au stockage des informations de parité. Le RAID 7 fait appel à une carte microprocesseur calculant la parité, la gestion du disque et gèrant la surveillance des disques en temps réel. Tous les transferts de données se font en mode asynchrone ce qui augmente de 1,5 à 6 fois les performances en écriture. Très peu utilisé car très coûteux en équipement et difficile à mettre en place.


RAID MATéRIEL :

Le Raid matériel peut être mis en place de 2 façons :
. Avec des matériels DASD.
. Avec des contrôleurs de disques RAID.
Le système d'exploitation n'intervient pas dans la gestion d'un Raid matériel, entièrement assuré par le DASD ou le contrôleur Raid. (Cf Raid logiciel).


RAM :

(Random Access Memory ou mémoire à accès aléatoire (à accès non séquentiel).
Composant installé sur la carte mère d'un ordinateur dans lequel se trouvent les données lors de leur traitement par le processeur. Les caractéristiques de ce type de mémoire sont (entre autres) sa rapidité d'accès (en nanoseconde ou milliardième de seconde), et sa volatilité (perte de l'information en cas de coupure électrique). (Cf Sdram, Ddr, Ddr2, Ddr3, Async Sram, mémoire cache, Vram, Sgram, Zlr, Ssd, Pagination, ReadyBoost, Adressage mémoire, flash, Pagefile.sys, Bios, Ehci, Cpu, Asics, Fpga, Rom, Watercooling, Eprom, Eeprom, Mémoire volatile, flash, Cam, Antémémoire, Mémoire vive, SDRAM, Dram, Prom, Mémoire morte, Rom, Cmos, Mémoire flash, Sd Card).


RAMDAC :

(Random Access Memory Digital Analogic Converter).
Convertisseur intégré à la carte graphique permettant de convertir les données numériques puisées dans la mémoire vidéo en données analogiques envoyées à l’écran. Le RAMDAC ne sert qu'aux écrans analogiques tels que les écrans cathodiques (CRT). (Cf Tvhd, Dvi, Vga, Hdtv, 1080p, 720p, définition, Lcd, vidéo, Moniteur, Spdif).


RAN :

(Radio Access Network).
Antenne cellulaire couvrant une zone géographique donnée. Tous les points pouvant être atteints à partir de cet équipement forment une CELLULE. Une station de base, liée à l'antenne, assure le rôle de serveur pour tous les clients de la cellule. Un cœur de réseau relie entre elles les différentes stations de de base.(Cf Wimax, Wifi, Radio, Blr, Bsc).


RARP :

(Reverse Address Resolution Protocol).
Protocole fonctionnant sur le principe inverse de ARP, i.e traduire l'adresse physique en adresse IP. Ce protocole est essentiellement utilisé pour les stations de travail n'ayant pas de disque dur et souhaitant connaître leur adresse physique. RARP permet donc à une station de connaître son adresse IP à partir d'une table de correspondance entre adresse MAC et adresse IP hébergée par une passerelle située sur le même LAN. A la différence de ARP, ce protocole est statique. Il faut en conséquence que la table de correspondance soit toujours à jour pour permettre la connexion de nouvelles cartes réseau. Cf Arq, lldp, Couche liaison de données, Ethernet). (Cf Arp, Drarp, Ip, Icmp, Ping).


RAS :

(Remote Access Service).
Service qui permet de mettre en oeuvre un accès distant. (Cf RRas, Routeur, Routage, Contrôle à distance, Ias, Radius).


RAW :

Les données RAW peuvent enregistrer précisément l'intensité lumineuse des capteurs d'appareils photos numériques.


RéFéRENCE :

En génie logiciel, adresse qui pointe sur l'objet directement. (Cf Type, Variable, Paramètre, Adressage mémoire, Fonction, Procédure).


RéFéRENCEMENT :

Technique d'enregistrement de site Web dans les moteurs de recherche correspondant à trois approches et techniques différentes :
. L'indexation (submission), consistant à faire connaître le site auprès des outils de recherche via leurs formulaires.
. Le positionnement, faisant apparaître le site ou quelques pages du site en première page de résultat via les certains mots-clés.
. Le classement via des expressions plus élaborées. (Cf Seo, Yahoo, Webmaster, PageRank, intranet, Extranet, Navigateur).


RéPARTITEUR :

(RE ou NRA).
Abri contenant des équipements raccordant la ligne téléphonique avec le réseau national. Un sous-répartiteur est une armoire de brassage (contenant des plots de connexion pour raccordement des paires de cuivre) de la ligne téléphonique au niveau d'un quartier.(Cf Idf, Toron, Mdf, Nra, Sr, Re, Epissure, Jarretière, Ozr, Caa).


RéSEAU :

Ensemble de matériels, logiciels et protocoles, offrant à des usagers des services comme le transport de l’information d’un point à un autre, non situé sur le même système. Les périphériques interconnectés sont capables de transporter différents types de communication, y compris des données informatiques, de la voix interactive, de la vidéo et des produits de divertissement.(Cf télécom, Téléphonie, Informatique, Infonitec, Mesh).


RéSEAU DE COLLECTE :

Réseau fibre optique ou cuivre de forte capillarité raccordé aux backbones nationaux, offrant aux agglomérations un lien très haut débit pour collecter et acheminer le trafic. La jonction entre le réseau de collecte et l’abonné est réalisé au niveau du NRO. (Cf Nra, Pon, Hfc, ftth, Nro, Câblo-opérateur).


RéSEAU DOMESTIQUE :

Sous Windows, emplacement à sélectionner lors de la connexion à un réseau composé d'un routeur (Type Box). L'ordinateur est visible sur le réseau, la découverte réseau est activée, l'utilisation du groupe résidentiel possible. (Cf Réseau avec domaine, Réseau de bureau, Réseau local, Réseau de Bureau, Réseau public, Groupe résidentiel, Workgroup).


RéSEAU LOCAL :

Ensemble d'équipements interconnectés se trouvant sous un même contrôle d’administration. Auparavant, les réseaux locaux étaient considérés uniquement comme des réseaux de petite taille sur un seul emplacement physique. Ils incluent désormais des réseaux locaux interconnectés constitués de plusieurs centaines d’hôtes, installés dans plusieurs immeubles et à différents emplacements. L’ensemble des réseaux locaux au sein d’un réseau local dépendent d’un groupe de contrôle d’administration qui régit les stratégies de sécurité et d’accès en vigueur sur le réseau. (Cf Lan, Wan, Man).


RéSILIENCE :

Capacité d'un système à pouvoir toujours fonctionner en cas de panne ou de sollicitation extrême. Elle consiste à mettre en place les moyens et ressources adaptés, sans pour autant les sur-dimensionner. (Backup, Ha).


RéSOLUTION :

Rapport entre le nombre de pixels qui composent une image et sa dimension. Elle s’exprime en ppp (points par pouce soit 2,54 cm). La résolution écran est celle affichant chaque pixel de l’image sur un point de l’écran (72 ppp à plus de 96 ppp pour les écrans de très bonne qualité).
Si un affichage écran suffit à une définition de moins de 100 ppp, une impression de qualité est beaucoup plus "gourmande" en pixels. 200 ppp sont nécessaires pour une bonne qualité, 300 pour une très bonne qualité. Le système de télévision Pal divise les images TV en 576 lignes de 768 pixels. Pour les formats d'affichage des téléviseurs modernes de plus en plus grands, cette résolution d'image n'est pas assez fine. Les grands formats TV (HDTV) fonctionnent donc en 1280 x 720 ou même en 1920 x 1080 pixels
(Cf 720p, 1080, Définition, Artefac).


RCA :

(Radio Corporation of America ou CINCH).
Connecteur servant pour le transport de signaux audio ou vidéo. Permet de faire transiter dans un câble composé de deux fils, des signaux vidéo et audio (en mono ou stéréo), selon un mode de transmission analogique ou numérique. Dans le cas d'une transmission de données audio analogiques stéréo, les connecteurs sont de couleur rouge et blanc, pour un signal vidéo composite, le connecteur sera de couleur jaune.
Le connecteur RCA sert également dans le cas de la transmission de vidéo à composantes, appelée également YUV ou YCrCb. Pour ce type de signal vidéo, 3 connecteurs sont utilisés de couleurs rouge, verte et bleue. (Cf Rvb, Rgb, Vga, Cctv, Cvbs, Bnc).


RDN :

(Relative Distinguished Name)
Le nom unique relatif LDAP (RDN) identifie l'objet de façon unique par rapport à son conteneur (ex : CN= Claude Morice). (Cf OU, DC).


RDP :

(Remote Desktop Protocol).
Protocole permettant à un utilisateur de se connecter à partir de son poste (application cliente) sur un ordinateur faisant tourner Microsoft Terminal Services. Le serveur écoute par défaut sur le port TCP 3389. (Cf Rds, Tse, Rfb, NetBIOS, Nla).


RDS :

(Remote Desktop Services).
Protocole permettant à un utilisateur de se connecter sur une machine activant le service Microsoft Terminal Services. Remplaçant de RDP, il est implémenté à partir de la version R2 de Windows Server 2008 et remplace complètement le Terminal Services. La principale différence entre RDP et RDS réside dans le fait que RDS virtualise les environnements clients (grâce à la technologie Hyper-V, mais également VMWARE). Un élément permet de gérer les ressources disponibles, et de les allouer aux clients : le Connexion Broker. RDS fait partie de la Virtual Desktop Infrastructure (VDI) mise en place par Microsoft. (Cf Rdp, Tse, Nla).


RDS :

(Radio Data System).
Système radio-électrique de diffusion de données offrant des services en complément d'un programme radio. Il est appliqué aux émetteurs de radiodiffusion sonore en modulation de fréquence. (Cf Onde, Dab, Tmc, Dmb).


RE-ADSL :

Consiste en la réduction des bandes de fréquence par réduction des fréquences adjacentes (montantes et descendantes). L'objectif est de réduire la paradiaphonie.
Cette technologie est une adaptation de l'ADSL 2. Elle a abaissé le signal de 70 db (ADSL) en 78 db, permettant une distance de connexion supérieure puisqu'elle atteint 8 Km maximum mais au détriment de la vitesse qui descend à 128 kb en émission et 512 kb en réception, soit des vitesses comparables à l'ADSL Lite.


READYBOOST :

(Prêt à stimuler).
Technologie propriétaire Windows depuis Vista, permettant d'utiliser une clé USB ou tout autre type de mémoire Flash pour accélérer les accès disques en s'en servant comme cache disque (de second niveau). Un disque dur offrant des débits très supérieurs aux clés USB, ReadyBoost n'y fait appel que dans le cadre d'accès aléatoires où la clé se révèle alors plus rapide qu'un disque. L'objectif est donc de diminuer les temps d’attente de l’utilisateur en utilisant l’absence de latence des mémoires flash. Cela se montre efficace en accès direct (aléatoire) en lecture au disque. Elle n’apporte pas de gain en lecture séquentielle ni en écriture. ReadyBoost n'est pas une extension mémoire (la mémoire Flash de la clé USB n'étant pas utilisée comme une extension de la mémoire RAM, car trop lente pour un tel usage). En fait cette technologie permet d'accélérer les opérations de "swap de pages" provoquées par le lancement d'une application et d'accélérer dès lors le lancement de cette application.
D'un point de vue technique, la clé Usb sera formatée en FAT, un formatage ancien et simpliste offrant malgré tout des accès légèrement plus rapides que NTFS, mais limitant la capacité de ReadyBoost à 4Go. L'idée étant alors de dédier une clé (testée pour ses performances avec l'outil winsat) de 4 Go au ReadyBoost qui compressera et encryptera les données (en AES 128bits) mises en cache sur la clé ReadyBoost. L'efficacité de ReadyBoost dépendra alors également de la puissance du processeur. (Cf Disque Dur, Unité d'allocation).


REDIRECTION LINUX :

Chaque processus sous unix-linux ouvre un minimum de trois descripteurs de fichiers (3 fichiers) :
. l'entrée standard 0 stdin
. la sortie standard 1 stdout
. le canal d'erreur standard 2 stderr.
Le shell fonctionne avec ces 3 fichiers correspondant au terminal et permet ainsi de les rediriger entre eux.


REGEDIT :

Editeur de configuration de Windows pour modifier la base de données de configuration de Windows NT, également appelée Registre Windows NT. Il permet d'afficher ou de modifier le Registre Windows NT en prenant en charge la définition de la sécurité des clés de Registre dans les 5 ruches. (Cf Base de Registre, Prefetch, Regedt32, Bcd).


REGEDT32 :

Anciennement (sous XP et Windows Server 2003), nom d'un programme servant simplement à exécuter Regedit.exe. (Cf Base de Registre, Prefetch, Regedit, Bcd).


REGISTRAR :

Organisme accrédité pour l'enregistrement de noms de domaine génériques (.com, .net, .org ou .biz...). (Cf AFNIC, Tld, Icann, Internet).


REGISTRY :

Cf Afnic.


REISERFS :

Système de fichiers journalisé utilisé par GNU/Linux, pouvant également être utilisé par d'autres systèmes d'exploitation. Il procure des très bonnes performances pour la gestion d'un très grand nombre de petits fichiers. (Cf Ext2, Ext3,Ext4, inode, Ntfs, Fat).


RENVOI :

Redirection d'un appel en arrivée sur un poste interne vers un autre poste interne ou externe selon les modes suivants :
. immédiat (inconditionnel),
. sur non réponse (après x sonneries),
. sur occupation, (si l'appel doit uniquement être renvoyé quand vous êtes déjà en communication),
. sur non réponse ou occupation.
(Cf transfert d'appel, Appel en instance, Pré-décroché, Musique d'attente, va-et-vient).


RESILIENCE :

Un système ou un programme est dit « résilient » s'il parvient à fonctionner correctement dans un environnement erratique, instable, chaotique ou sous des charges extrêmes. (Disponibilité).


RESISTIF :

Terme exprimant une technologie utilisée sur un écran tactile. Elle s'utilise en appuyant sur l'écran (d'un téléphone portable par exemple)avec le doigt. La tendance est plutôt orientée sur les écrans tactiles à technologie capacitive. (Cf Capacitif, Zoom).


RETRANSMISSION D'APPEL :

Fonction téléphonique permettant aux appels qui arrivent sur votre poste soient de plus transmis vers une autre destination. La sonnerie retentit chez vous et à l'autre destination. Le premier qui décroche prend la communication. (Cf Transfert appel, Double appel, Mise en attente, Renvoi, Va et vient, Appel en instance, Masque, Standard, Pré- décroché, conférence, Parcage, va-et-vient).


REVERSE DNS :

A l'inverse du DNS, le reverse DNS permet de convertir une adresse IP en nom de domaine. Ce service permet d'identifier plus facilement une machine. Au lieu de voir apparaitre une adresse IP, ce mécanisme permet de voir apparaitre un nom de domaine et dans la plupart des cas un nom de machine. (Cf Dns, Active directory, Dnssec, Zone Dns, Espace de nom, Spf).


RF :

(Radio Frequency).
Ensemble de Fréquences électromagnétiques sur une étendue allant de 300 Khz à 30 Ghz.
(Cf Wmm, Wifi, Mimo).


RFB :

(Remote Frame Buffer).
Protocole simple permettant l'accès à distance aux interfaces graphiques des utilisateurs utilisé dans Vnc. (Cf Rdp, Tse).


RFC :

(Request For Comment).
Type de document disponible pour tous les protocoles et applications TCP/IP, qui décrit leur fonctionnement. Ex RFC 791 decrit IP V.4. (Cf Api, Ca, CRL, Des, Dsa, Dss, Esp, Ike, Pap, Pin, Pki, Radius, Rpc, Rsa, Ssl, Sso, Vpn, pptp,Ipv4, IPv6).


RFC 1918 :

Définit un espace d'adressage privé permettant à toute organisation d'attribuer des adresses IP aux machines de son réseau interne sans risque d'entrer en conflit avec une adresse IP publique allouée par l'IANA. Ces adresses dites non-routables correspondent aux plages d'adresses suivantes :
•Classe A : plage de 10.0.0.0 à 10.255.255.255;
•Classe B : plage de 172.16.0.0 à 172.31.255.255;
•Classe C : plage de 192.168.0.0 à 192.168.255.55;
Toutes les machines d'un réseau interne, connectées à internet par l'intermédiaire d'un routeur et ne possédant pas d'adresse IP publique doivent utiliser une adresse contenue dans l'une de ces plages. (Cf Cidr).


RID :

(Relative ID).
Partie du SID, cet identifiant (nombre de 32 bits affecté à un utilisateur ou à un groupe) est unique et ce seulement au sein d'un domaine, alors que le SID, lui, est unique dans toute l'AD (forêt). Le RID est un des éléments de base de la SAM (base locale), alors que le SID est un élément de base d'Active Directory. Le contrôleur de domaine, spécialisé dans l'attribution des RID, est appelé RID Master ou Maître d'opérations, et correspond à l'ancienne dénomination FSMO. (Cf Gpo, Ou, Ad, Uid, Guid).


RING ALONE :

Vous souhaitez préciser lequel de vos téléphones doit sonner en cas d'appel entrant. Si vous posédez la fonction numéro d'appel avec plusieurs téléphones, vous pouvez déterminer, avec Ring Alone, le téléphone sur lequel un appel sera signalé de manière sonore. Dès que vous avez activé Ring Alone sur un téléphone, la sonnerie est désactivée pour tous les autres téléphones. Un appel entrant est signalé sur les affichages de tous les téléphones. Vous pouvez prendre l'appel sur chacun de vos téléphones.


RIP :

(Réseaux d'initiative publique).
Réseau de communication électronique (Fibre optique) dont la mise en oeuvre a été décidée par une collectivité territoriale face à la carence d'initiative privée. Il permet aux collectivités dans un souci d'aménagement du territoire de fixer ses objectifs en matière de déploiement. En contrepartie, ces RIP représentent un coût pour la collectivité. En conclusion, pour favoriser la résorption des zones grises et les zones blanches, les collectivités peuvent décider de mettre en place des RIP.
La collectivité investit avec un partenaire privé, afin de construire des infrastructures physiques permettant de bâtir un réseau sur la zone concernée (déploiement de FO, Wifi, Wimax...). Dans la plupart des cas, elle lui délègue l'exploitation de ce réseau (sous forme de DSP (délégation de service public)). Le délégataire revend alors des ressources (BP, liaisons FO..) aux opérateurs et fournisseurs d'accès internet ne disposant pas d'infrastructures réseau sur la zone du RIP. (Cf Hfc, FO, Adsl, Zone blanche, Zone grise).


RIP :

(Routing information Protocol (RFC 1058)).
Protocole de routage IP de type vecteur de distance basé sur l’algorithme de routage décentralisé Bellman-Ford. Il permet à chaque routeur de communiquer aux autres routeurs la métrique (ou mesure), c’est-à-dire la distance qui les sépare du réseau IP destination (le nombre de sauts qui les sépare, ou « hops » en anglais). Ainsi, lorsqu’un routeur reçoit un de ces messages, il incrémente cette distance de 1 et communique le message aux routeurs directement accessibles.
Le protocole RIP s’appuie sur l’échange d’information entre les routeurs adjacents. Chaque routeur connait le coût de ses propres liaisons, et diffuse ses informations aux autres routeurs qu’il connait. Ensuite les routeurs recalculent les meilleures routes, grâce aux informations reçues. (Cf Ospf, Eigrp, Table de routage, Igp, Routeur, Vlan, Rip V1, Rip v2, Routage statique, Routage dynamique, Da).


RIP V2 :

(Routing information Protocol (RIPv1 (RFC 1058), RIPv2 (RFC 2453)).
Protocole de routage dynamique permettant l'échange d'informations de routage sur un inter-réseau, chaque routeur fonctionnant avec RIP, échange les identificateurs des réseaux qu'il peut atteindre, ainsi que la distance le séparant de ces réseaux (nb de sauts = nb de routeurs à traverser). Tous les routeurs utilisant ce protocole disposent donc de la liste des réseaux pour proposer le meilleur chemin.
. RIPv1 ne prend pas en charge les masques de sous-réseau de longueur variable (il est alors classful); ni l'authentification des routeurs. Les routes sont envoyées en broadcast.
. RIPv2 conçu (1993) pour permettre au protocole de répondre aux contraintes des réseaux actuels (VLSM, découpages des réseaux IP en sous-réseaux, authentification par mot de passe, …). Chaque réseau IP connu, chaque routeur conserve l'adresse du routeur voisin dont la métrique est la plus petite. Ces meilleures routes sont diffusées toutes les 30 secondes.
La métrique est la distance de la route compris entre 1 et 15 sauts (16 étant l'infini). Rip V2 est Classless et gère les routes incluant les maques de sous-réseau.(Cf Ospf, Eigrp, Table de routage, Igp, Routeur, Vlan, Rip V1, Rip v2, Routage statique, Routage dynamique, Da, Olsr).



RIPE :

(Réseaux IP Européens - Network Coordination Centre).
Le RIPE NCC est une organisation (un des cinq Regional Internet Registries ou RIR), assurant le support logistique et administratif au RIPE (niveau mondial). Il s'agit d'un registre spécifique d'adresses IP, utilisé pour l'Europe et une partie de l'Asie, notamment au Moyen-Orient. Il est géré par une organisation privée de droit néerlandais. Ses membres sont des opérateurs réseaux et fournisseurs de service Internet se réunissant.
(Cf Fai, Iana, Ietf, Rir, AfriNIC, Apnic, Arin, Lacnic, Tld, Afnic, Espace de nom, Isp).


RIR :

(Regional Internet Registry ou registre Internet régional).
Organisme allouant les blocs d'adresses IP (adressage IPv4, IPv6) et des numéros d'Autonomous System dans sa zone géographique. (Cf Ripe, Iana, Afrinic, Apnic, Arin, Lacnic, Tld, Isp).


RISC :

(Reduced Instruction-Set Computer ou microprocesseur à jeu d’instruction réduit).
Architecture matérielle de microprocesseurs, très rapide avec des instructions simples de taille standardisée, facile à fabriquer et dont on peut monter la vitesse de l’horloge sans trop de difficultés techniques. (Cf Sun, Pc, Ram).



RISQUE :

Probabilité qu'un problème survienne lorsqu'une vulnérabilité est exposée à un acte malveillant tentant de l'exploiter. L'objectif de la sécurité informatique est de diminuer le plus possible le risque par tous les moyens possibles. (Cf Itil, Sauvegarde, Boyd).


RJ11 :

(Registered jack 11)
Connecteur standard utilisé par des appareils téléphoniques fixes. Il est également utilisé dans le domaine des réseaux locaux. Une prise RJ-11 possède les mêmes dimensions qu'une prise RJ-12 mais n'utilise que 4 fils( RJ-12 utilise les 6 fils). La prise RJ-11 est plus petite et dispose de moins de "fils" qu'une prise RJ-45. (Cf paire torsadée, Rj12, Rj45, Medium, Brochage, Mdf, Idf).


RJ45 :

(Registered Jack 45).
Connecteur utilisé dans la fabrication de câbles de type paire torsadée et utilisant huit broches de connexions électriques (4 paires). La norme TIA/EIA-568-B (ou A) décrit le brochage de terminaison du câblage. (Cf Ethernet, Grade, Rj11, Rj12, Rj-45, Utp, Stp, Ftp, Gg45, T568A, T568B, Mdf, Idf, Diélectrique).


RMON :

(Remote MONitoring).
Groupe de capteurs évaluant la circulation sur un réseau via des MIB et le protocole SNMP (RFC 1557 ET 1513). Une sonde Rmon permet de capturer le trafic réseau dans le but d’analyser à des fins de statitisques et d’analyser les erreurs de transmission (erreurs CRC). La sonde peut-être de type logiciel mais devient alors une grande consommatrice de ressources mémoire; elle peut-être une appliance que l’on place physiquement à un endroit stratégique sur le réseau. (Cf Snmp, Oid, Cdp).


RNIS :

(Réseau Numérique à Intégration de Services).
Réseau de télécommunication permettant le transport de données numériques de bout en bout tout en fournissant des téléservices et services support. Permet l'agrégation de canaux présentant chacun un débit de 64 kbit/s par seconde (un accès de base comportant deux canaux permet d'atteindre 128 kbit/s par seconde), d'échanger des sons, des données ou des images (pour offrir des services comme la téléphonie, la visiophonie, la télécopie, la messagerie électronique)... France Télécom commercialise son réseau numérique à intégration de services sous le nom de Numéris. (Cf T0, T2, MIC, Faisceau, Rtc, Isdn, Q.931, X.25, Transpac, Bas débit, Bti 300, Mos, Numeris, Msn, Vn6, Dss1, Etsi, Trau, Gsm, Q.sig, Nss, liaison commutée, louée).


ROADMAP :

Plan de développement rassemblant tous les projets de développement et indiquant les versions de chaque logiciel.


ROAMING :

(Itinérance).
Technologie offrant la faculté de pouvoir appeler ou être appelé quelle que soit sa position géographique. Exemple, lorsque l'on passe un appel, on se connecte automatiquement au réseau d'un des opérateurs disponibles à l'endroit où on se trouve, la communication est ensuite relayée jusqu'à son propre opérateur, puis vers son correspondant. Le roaming est donc une fonction permettant à un terminal de se déplacer d’un BSSID à l’autre en restant connecté au même ESSID. (GSM, Handover, Wifi, Infrastructure, Access Point, Bssid, Essid, Dtim, Nomadisme, Arcep, Overlap, mms, 1G, 2G, 3G, 4G, Gprs, Handover, Edge, Umts, Hsdpa, Gsm, Pire).


ROGUE :

(Escroc).
Faux logiciel de sécurité (i.e antivirus, anti-spyware), s'installant à la demande de l'utilisateur sur Internet via des stratégies marketing peu éthiques (souvent basées sur des suggestions de problèmes en cours sur le pc de l'utilisateur). (Cf Phishing, Spyware, Keylogger, Backdoor, Malware, Cheval de troie, Déni de service, Deni de service, SmartScreen, Spoofing, Spam, Antivirus, Man in the middle, Pup, Phishing).


ROI :

(Return On Investment ou Retour Sur Investissement (RSI ou rentabilité du capital investi)).
Mesure de l'efficacité d'un investissement en termes de rentabilité. Il consiste en un ratio (calcul d'un pourcentage) entre la valeur du coût de l'investissement et sa rentabilité (résultat=gain/investissement). Pour être "rentable", un investissement doit nécessairement se transformer en source de recettes à plus ou moins brèves échéances. Le ROI permet donc d'évaluer cette performance de l'investissement.


ROK :

Reseller Option Kit (ROK).
Licence OEM Microsoft ne s’installant que sur les serveurs du constructeur (bios-locked). La licence OEM ROK est une référence produit du constructeur hardware. (Cf Opk, Licence en volume, Pkc, Ggk, Licence boite).


ROLLOVER :

(Câble Console).
Câble pour connecter un Pc (db9) à un équipement Cisco (Routeur, switch (type Rj45)). (Cf câble droit,câble croisé).


ROLLUP :

Chez Microsoft, ce sont les cumulative Updates. (Cf Update, Upgrade).


ROM :

(Read-Only Memory).
Type de mémoire où les informations ne peuvent pas être modifiées. Les mémoires mortes sont utilisées pour stocker définitivement des logiciels. Par contre, les ROM plus évoluées (Eprom, Eeprom...) sont effaçables. (Cf Bios, Mémoire morte, Ram, Watercooling, Cam, Mémoire morte).


ROOT :

(Racine).
Accès en contrôle total (Rwx) au répertoire racine du serveur pour une administration sans restriction, impliquant également la responsabilité de toutes les actions menées avec ces droits sur le serveur. (Cf linux, Unix, Droits.)


ROUND-ROBIN :

(RR).
Algorithme d'ordonnancement utilisé dans les systèmes d'exploitation. Ce dernier attribue des tranches de temps à chaque processus en proportion égale, sans accorder de priorité aux processus.


ROUTAGE :

Mécanisme utilisant des chemins sélectionnés selon une table de routage statique ou dynamique, dans un réseau pour acheminer les données d'un expéditeur jusqu'à un ou plusieurs destinataires. Il existe deux familles de protocoles de routage : les protocoles IGP et les protocoles EGP (cf métrique, routeur, Vlan, Switch, Cidr, Classe d'adresses IP, Ospf, Eigrp, Rip, Table de routage, Boucle de routage, RRas, Ras, Rip v2, Routage statique, Routage dynamique, Olsr).


ROUTAGE DYNAMIQUE :

Type de routage où les routes sont calculées et saisies grâce à un protocole de routage. Il est utilisé dans les plus gros réseaux. Il est plus difficile à mettre en place que le routage statique, mais plus facile à maintenir. Lorsqu’une route est en panne, il recalcule automatiquement un autre chemin. (Cf Rip V2, Osfp, Eigrp, Bgp, Igp).


ROUTAGE STATIQUE :

Type de routage où chaque route a été saisie manuellement par l’administrateur. Il est utilisé dans les tous petits réseaux. Il est facile à gérer lorsque le nombre de routes reste limité. Lorsqu’une route est en panne, l’intervention de l’administrateur est obligatoire pour saisir une route de secours. Cf Rip V2, Osfp, Eigrp, Bgp, Igp, Routage dynamique).


ROUTEUR :

Equipement réseau de niveau 3 (OSI) permettant de segmenter le réseau en plusieurs domaines de broadcast (autant que de ports physiques installés). Contrairement au switch (niveau 2), il modifie les trames qui le traversent.(Cf Commutateur, Hub, Routage, Iad, Boucle de routage, Passerelle, Gateway, Noeud, Ras, RRas, Cisco, Isr).


RPC :

(Remote Procedure Call).
Protocole réseau utilisé pour les appels de procédure à distance à l'aide d'un serveur d'applications. Il permet, dans le modèle client-serveur, d'assurer la communication entre le client et le serveur. (Cf Nfs, Dfs).


RPIS :

Réseau permettant de mettre en commun des ressources en télécommunication d'une entreprise, sur site déporté, afin de transporter des données hétérogènes (images, données, voix…). (Cf AIN, AASTRA).


RRAS :

(Service Routage et accès à distance).
Service MS Windows prenant en charge la connectivité d'un utilisateur distant ou de site à site par le biais de connexions d'accès à distance ou de réseau privé virtuel (VPN) et constitué des composants suivants :
• Accès à distance : RRAS permet de déployer des connexions VPN pour offrir aux utilisateurs finaux un accès à distance au réseau d'une organisation. Il est également possible de créer une connexion VPN de site à site entre deux serveurs situés à différents emplacements.
• Routage : RRAS est un routeur logiciel et une plateforme ouverte pour le routage et la prise en charge réseau. Il fournit des services de routage aux entreprises dans des environnements LAN et WAN ou sur Internet au moyen de connexions VPN sécurisées. Le routage est utilisé pour les services de routage multiprotocole de réseau local à réseau local, de réseau local à réseau étendu, VPN et de traduction d'adresses réseau. (Cf routage, routeur, Ras).



RS-232 :

Norme établie par l'UIT définissant un bus de communication de type série. Les ports RS-232 sont désignés par les noms COM1, COM2 ... Les recommandations UIT-T V.24 (définition des circuits) et V.28 (caractéristiques électriques) font partie intégrante de cette norme.
D'un point de vue électrique, les différents signaux présents sur le port série sont définis par cette norme. Afin de se protéger des parasites, on utilise des tensions comprises entre -25 et +25V. Une tension comprise entre -3V et -25V représente un 1 logique, une tension comprise entre +3V et +25V représentant un 0 logique.
Le port série a longtemps été très utilisé par les ordinateurs pour communiquer avec des périphériques (souris, modem...) car très simple à utiliser et ne nécéssitant que peu de fils (3 au minimum). Le connecteur utilisé à l'origine pour le port série était le connecteur DB25, puis le connecteur DB9. Aujourd'hui remplacé par le port Usb. (Cf Cts, Rts, etce, ettd, rs232).



RSA :

(Rivest Shamir et Adleman, ses concepteurs).
Algorithme pour chiffrement asymétrique, RSA repose sur la dichotomie suivante :
• fabriquer de grands nombres premiers p et q (> à 100 chiffres).
• étant donné un nombre entier n=pq produit de 2 grands nombres premiers, il est très difficile de retrouver p et q.
La donnée de n est la clé publique : elle suffit pour chiffrer. Pour décrypter, il faut connaitre p et q, qui constituent la clé privée. (Cf Api, Ca, CRL, Des, Dsa, Dss, Esp, Ike, Pap, Pin, Pki, Radius, Rfc, Rpc, Ipsec, Ssl, Sso, Vpn, Dsa, Tls, Pkcs, Dsa).



RSAT :

(Remote Server Administration Tools).
Outil d’administration de serveur distant pour Windows® 7 avec SP1 permettant aux administrateurs informatiques de gérer des rôles et fonctionnalités installés sur des ordinateurs Windows Server® 2003,2008(R2), 2012... Cet outil Microsoft remplace l'Administration Tools Pack (Admin Pack). (Cf Active Directory, Tse, Adminpack.msi).


RSE :

(Réseau social d'entreprise).
Outil permettant à des collaborateurs au sein d'une même entreprise (ou d'un même projet), d'échanger des idées, de communiquer, de partager des documents...(Cf Facebook, Linkedln, Viadeo, Iso 26000).


RSS :

(Really Simple Syndication).
Format de données véhiculé sous forme de flux via l'Internet et utilisé pour la syndication de contenu Web. (Cf Podcast, Irc).


RSTP :

(Rapid Spanning Tree Protocol (802.1w)).
Amélioration du Stp. Alors que Stp peut prendre de 30 à 50 secondes pour converger après un changement de topologie, Rstp est capable de converger en 3 fois la valeur du délai Hello (6 secondes par défaut).
Les états des ports RSTP :
1-Root : le port vers le root bridge.
2-Designated : le port qui transmet les trames sur un segment.
3-Alternate : un port distinct du root port vers le root bridge.
4-Backup : un autre port vers un segment connecté au pont.
Le fonctionnement général de Rstp est donc semblable à celui du Stp. Quelques différences (Rstp continue à observer l'arrivée de Bpdu sur ces portes pour s'assurer qu'aucune boucle n'est possible, un bridge Rstp diffuse son information sur ses designated ports, conserve des informations au sujet d'un chemin alternatif vers le root bridge, ainsi qu'un chemin de Backup vers les segments, ceci permet une transition rapide en cas de problème sur une liaison...). C'est une évolution compatible de 802.1d. (Cf Pvst, Stp).


RSVP :

RSVP (Resource reSerVation Protocol).
Protocole de signalisation pour allouer dynamiquement de la bande passante aux applications orientées réseaux dans des environnements traditionnellement datagramme. Il est utile pour les applications multimédia de type CBR. RSVP est utilisé dans le modèle IntServ mais il peut être utilisé hors de ce contexte (par exemple pour établir des chemins MPLS). (Cf Atm, G-Pon, G.729, G.703, G.704, Ces, Aal1, Aal2, Pvc, Svc, Sonet, Frame Relay, Adsl, X.25, Hec, Fec, Overhead, Vdsl, Xdsl, Câblo-opérateur).


RSYNC :

(Remote SynChronization)
Logiciel de synchronisation de fichiers, distribué sous licence GPL. La synchronisation est unidirectionnelle, i.e copiant les fichiers de la source en direction de la destination. Utilisé pour réaliser des sauvegardes incrémentales ou pour diffuser le contenu d'un répertoire de référence, il permet de ne transférer que la différence entre deux jeux de fichiers à travers le réseau, en utilisant un algorithme de recherche de somme de contrôle. Ce protocole établit ses connexions sur le port TCP 873 par défaut.
La synchronisation fonctionne selon deux modalités :
. en mode local : (sur le même système de fichiers ou sur un répertoire réseau monté en local), où le programme client se charge de comparer les deux versions des répertoires et effectuer la synchronisation.
. en mode distant : le programme client contacte le programme serveur, grâce au protocole ssh, offrant ainsi une communication sécurisée à travers l'Internet. (Cf Sauvegarde).


RTC :

(Réseau Téléphonique Commuté ou PSTN (Public Switched Telecommunication Network)).
Réseau dans lequel un poste d'abonné est relié à un central téléphonique (alimentant la ligne en 48v) par une paire de fils (constituant ainsi la boucle locale). (Cf ADSL, FAI, Téléphonie, Bas débit, Abonnement, Pots, ligne analogique).


RTCP :

(Real-time Transport Control Protocol).
Protocole gérant la transmission périodique de paquets de contrôle pour assurer le transport des flux RTP (voix) entre tous les participants d'une session de communication. Il permet ainsi de véhiculer des informations basiques sur les participants d'une session, et sur la qualité de service. (Cf Srtp, Srtcp, Udp).


RTM :

(Release To Manufacturing).
Acronyme signifiant que Microsoft sort un nouveau produit logiciel ayant atteint le statut "Release To Manufacturing", i.e disponible pour le grand public. (Cf Windows 8).


RTP :

(Real-Time Protocol (RFC 1889-90)).
Protocole mis au point par l'IETF en 1996, permettant de transmettre tout type de données soumises aux contraintes de temps réel (i.e audio et vidéo). Il assure ainsi :
. l'identification du contenu de l'information.
. l'ajout de flags (drapeaux) temporels (timestamp) et des numéros séquentiels aux paquets. Ces informations permettront ainsi de reconstituer les paquets à l'arrivée et savoir si certains n'ont pas été perdus.
. le contrôle du contenu arrivé à destination.
En résumé, il transporte la voix et fonctionne sur UDP en mode unicast ou multicast. Il utilise le port pair d'un couple de ports, le port impair (juste au-dessus) étant utilisé par RTCP pour la gestion des flux RTP. (Cf Srtp, Srtcp).


RTS :

(Ready (or Request) To Send).
Trame permettant à un émetteur de prévenir le réseau qu'il veut parler.
(Cf Cts, Rs-232).


RTT :

(Round Trip Time).
La commande Traceroute fournit la durée de transmission sur chacun des sauts (passage d'un routeur) rencontrés sur le chemin et indique si un saut n’a pas répondu. La durée de transmission correspond à la durée nécessaire à un paquet pour atteindre l’hôte distant, plus le temps mis par l’hôte pour répondre. Un astérisque (*) indique un paquet perdu. Cette information permet de localiser un routeur posant problème sur le chemin. Si des temps de réponse longs ou une perte de données caractérisent un saut particulier, cela indique que les ressources du routeur ou que ses connexions sont saturées. (Cf Ttl, Traceroute, Icmp).


RUP :

(Roaming User Profil).
Dans une configuration de serveur Windows, ce fichier est placé sur un DC ou un serveur membre dans un dossier partagé de type \\serveur\partage (le partage étant nommé "profils" de préférence).
(Cf Profil local, Profil utilisateur, Windows 7, 2008R2, Abe, Profil itinérant, Profil obligatoire, Ntuser.dat, Dossier de base).


RVB :

(Rouge, Vert, Bleu) ou RGB (Red, Green, Blue). Format de codage des couleurs utilisées en vidéo ou pour les écrans. Ces trois couleurs sont des couleurs primaires. L'addition des trois offre à l'œil humain la couleur blanche. (Cf BMP, RCA, VGA, CCTV, Chrominance).